Les énormes crues printanières comme celles de cette année, demandant les renforts des militaires, ne devraient pas augmenter ces prochaines années.

Vérification faite: de plus en plus d’inondations?

L’affirmation «On sait qu’avec les changements climatiques, ces phénomènes-là [les inondations] vont s’accentuer dans le futur», a indiqué mardi le populaire morningman Paul Arcand, au FM 98,5. Et il n’est pas le seul à le penser. «Ces phénomènes d’inondation, il est clair que ça va devenir exponentiel [à cause du réchauffement planétaire]», a déclaré sur les ondes de QUB radio la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, qui préside le Comité sur les changements climatiques de l’Union des municipalités du Québec.

Radio-Canada titrait le week-end dernier que «les changements climatiques influencent [...] l’intensité des inondations». Et même le premier ministre fédéral Justin Trudeau a dit mercredi, lors d’une visite à des sinistrés de l’Outaouais, que ce genre de catastrophe naturelle allait arriver «de plus en plus souvent».

Les faits

Il est vrai que l’on prévoit que le réchauffement climatique va rendre certains événements météo extrêmes plus fréquents, comme les épisodes de pluie intense — c’est même déjà commencé. Il n’est donc pas déraisonnable de penser qu’au moins dans certaines régions du globe, les inondations surviendront plus souvent. C’est d’ailleurs le cas dans le nord-est des États-Unis, où l’on en compte plus qu’avant — mais il y a plusieurs autres secteurs du pays où c’est le contraire qui se passe, si bien que la tendance générale n’est pas claire.

Au Québec, cependant, «la crue principale, c’est celle du printemps», fait remarquer Dominique Paquin, climatologue au consortium de recherche Ouranos. Cela signifie que même si des inondations peuvent se produire en toute saison, le risque est nettement plus grand au printemps : dans les bases de données de Sécurité publique Canada, sur les 30 inondations dites «catastrophiques» répertoriées au Québec entre 1970 et 2014, plus de la moitié (17) sont survenues entre la fin de mars et le mois de mai.

Or dans les modèles climatiques et hydrologiques, il est loin d'être clair que ces crues deviendront de plus en plus fortes, indique Mme Paquin. En effet, si nos hivers se réchauffent, alors les épisodes de fonte deviendront plus fréquents de décembre à mars, et il restera moins de neige pour gonfler les rivières au printemps. D’ailleurs, à la suite des inondations de 2017, Ouranos avait publié un «questions-réponses» indiquant qu’«en moyenne, il n’est pas attendu dans le futur que les crues printanières deviennent plus importantes dans le sud du Québec notamment en raison d’une plus faible accumulation de neige durant l’hiver».

Ouranos a publié tout récemment une mise à jour de son «questions-réponses» pour tenir compte des dernières avancées scientifiques. «Pour les grands bassins versants comme celui par exemple de la rivière des Outaouais, le comportement à long terme, si l’on se projette dans 100 ans, est à la diminution des probabilités d’avoir des inondations», y lit-on. Il n'est pas impossible que qu'à moyen terme, la baisse des crues printanières moyennes s'accompagne d'une hausse des crues extrêmes, mais ces résultats sont loin d'être certains.

Pour les bassins versants plus petits, cependant, on peut s'attendre à des risques d'inondation plus élevés en été et en automne parce que les épisodes de pluie intense seront plus fréquents. Cependant, «pour les crues printanières, les tendances sont les mêmes que pour les grands bassins versants», soit une diminution, lit-on dans le document.

Enfin, le Centre d’expertise hydrique du Québec — les spécialistes du débit des rivières au gouvernement — publie périodiquement un Atlas hydroclimatique du Québec méridional, dont la dernière version ne prévoit pas de tendance à la hausse pour les crues printanières (récurrence de 20 ans) dans le sud de la province. En fait, cinq rivières de l’extrême sud devraient voir une «diminution probable» de leurs crues d’ici 2050, et les autres seront stables. Une demi-douzaine d’autres connaîtront une «augmentation probable», mais elles sont toutes situées beaucoup plus au nord, au Lac-Saint-Jean et sur la Basse-Côte-Nord.

Cependant, ce même document prévoit des «augmentations probables» des «crues» d’été et d’automne pour le sud et l’est du Québec, puisque les précipitations extrêmes devraient augmenter. Rappelons toutefois que, comparés au printemps, les débits moyens sont beaucoup plus faibles pendant ces saisons.

Le Verdict

En grande partie faux. Dans le sud du Québec, le principal risque d’inondation est associé à la crue printanière, et les meilleures expertises disponibles prévoient que les changements climatiques ne devraient pas l’augmenter d'ici la fin du siècle — en tout cas, pas pour les grands bassins versants, qui verront même leur risque diminuer. Dans les bassins versants plus petits, cependant, le risque devrait augmenter.

* * * * *

DES INFOS À VÉRIFIER?

La déclaration d'un ministre vous paraît douteuse? Une information qui circule vous semble exagérée, non fondée? Écrivez à notre journaliste (jfcliche@lesoleil.com). La rubrique «Vérification faite» prendra le temps de fouiller les faits, en profondeur, afin de vous donner l’heure juste. Car nous non plus, on n'aime pas les fausses nouvelles.

Précision : une version antérieure de ce texte a été modifiée afin de tenir compte de nouveau «questions-réponses» d'Ouranos, qui est paru juste après cette chronique. Le verdict s'en est trouvé changé de «faux» à «en grande partie faux» pour refléter le fait que les petits et moyens bassins versants devraient voir leur risque d'inondation s'accroître en été et en automne (ce risque diminue quand même au printemps).