Les paroissiens de Saint-Félicien ont donné leur accord à la vente de presbytère, lors d’un vote consultatif.

Vente du presbytère de Saint-Félicien: les paroissiens approuvent

La vente du presbytère de Saint-Félicien a franchi une autre étape, dimanche. Près de 60 % des 339 paroissiens présents à un vote consultatif tenu dans l’église ont donné leur accord à la vente de cet immeuble.

L’assemblée de la Fabrique s’était auparavant prononcée pour la vente.

La semaine dernière, un message avait été transmis par l’assemblée de la Fabrique aux citoyens de Saint-Félicien qui désiraient s’exprimer sur la question. On avait convié la population a un vote confidentiel, après la messe de 9 h 30.

Selon ce que rapporte Radio-Canada, 203 personnes se sont prononcées pour la vente, alors que 136 ont voté contre.

« Nous comprenons que le presbytère a une valeur sentimentale et fait partie de notre patrimoine. Cependant depuis quelques années, cet immeuble n’est presque plus utilisé pour les activités de notre pastorale paroissiale ; le coût pour le maintien et l’entretien de cette bâtisse ne cesse d’augmenter ; les revenus diminuent puisque seulement 17 % de la population paie leur capitation et ​les dons », était-il écrit dans la convocation.

On y ajoutait que les finances de la Fabrique ne permettaient plus d’assumer les frais d’entretien du presbytère. Des travaux doivent aussi être réalisés prochainement pour assurer la pérennité de l’immeuble.

Pour qu’elle soit acceptée formellement, la proposition d’achat doit encore être validée par l’évêque de Chicoutimi, l’abbé René Guay.

Deux des copropriétaires des Serres Toundra ont fait une offre d’achat de 350 000 $. Selon les documents de la Fabrique, la firme d’évaluation Cévimec-BTF Évaluateurs agréés estimait la valeur marchande du bâtiment à 225 000 $ en date du 1er novembre 2017.

L’entreprise qui produit des légumes en serres veut y loger des travailleurs étrangers qu’elle emploie.

Pétition

Par ailleurs, la pétition qui s’opposait à la vente du presbytère, publiée sur Internet, a récolté 544 signatures. L’équivalent de 25 % des signataires de la pétition se sont donc déplacés à l’église de Saint-Félicien pour signifier leur désaccord.