Vente de thermopompes: des fraudeurs sévissent encore

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le stratagème de la « fraude de la thermopompe » est de nouveau observé depuis quelques semaines dans diverses municipalités du Lac-Saint-Jean. La stratégie est toujours la même, alors que les vendeurs proposent des équipements pour le chauffage et des services dont la facture se chiffre à plusieurs milliers de dollars, atteignant même parfois 20 000 $, tout en promettant diverses économies et éligibilité à des subventions.

Des personnes qui ont été sollicitées ont confié au Quotidien avoir reçu un appel de représentants d’entreprises basées à l’extérieur de la région. S’ensuit une visite à la résidence, la promesse d’économies considérables et la signature d’un contrat. Tous ont confirmé l’insistance des vendeurs à un moment ou à un autre du processus.

Des résidants de Saint-Augustin ont été visités au cours des dernières semaines par des vendeurs provenant tous d’une même entreprise. Une dame raconte avoir eu une première visite de plus de deux heures. « Il m’a expliqué plusieurs choses, il m’a dit que ça réduirait les coûts de chauffage et d’électricité, que je payerais moins cher et que j’obtiendrais une subvention », raconte la dame, à qui un contrat de 17 000 $ a été présenté pour l’acquisition d’un récupérateur aérothermique.

Après avoir refusé cette première offre, elle a reçu un second appel, environ un mois plus tard. La présentation des produits était plus que similaire, alors que le prix différait. La facture avait été réduite de quelques milliers de dollars et se chiffrait maintenant à 11 000 $.

Malgré les similitudes entre les deux offres, la femme a finalement signé le contrat. L’installation devait se faire rapidement, soit moins de 48 heures après la visite du représentant.

C’est la vigilance d’une autre personne qui a eu connaissance du stratagème qui l’a amenée à résilier l’entente rapidement.

Selon les informations obtenues par Le Quotidien, d’autres citoyens de la même municipalité ont également résilié le contrat devant l’insistance de l’entreprise à procéder plus rapidement que prévu aux travaux. Un autre client dont l’équipement était déjà installé a obtenu un ajustement de prix.

Au cours des derniers jours, Richard Junior Desmeules a lancé un appel à la vigilance via les réseaux sociaux. L’homme d’affaires désire sensibiliser d’autres personnes et ainsi leur éviter de perdre leur temps.

M. Desmeules a reçu la visite de deux hommes qui devaient lui permettre d’économiser 1500 $ par an en réalisant des économies d’électricité et en obtenant certaines subventions. Les deux individus, qui « avaient réponse à tout », lui ont présenté une offre à 8000 $ financée sur une période de 10 ans, à un taux d’intérêt frôlant le 10 %. Le tandem de vendeurs espérait une signature le soir même ainsi qu’une installation rapide, soit le lendemain.

Désirant faire quelques vérifications, M. Desmeules a tenu à voir les dépliants et cartes d’affaires du duo, qui n’avait aucun matériel du genre.

Les hommes qui se sont présentés à sa résidence de Desbiens affirmaient que plusieurs familles étaient en attente de leur visite et que l’absence de signature rapide faisait perdre un temps précieux à l’entreprise. À la suite du refus de M. Desmeules et de sa conjointe, le ton de la conversation a rapidement changé, alors que les vendeurs sont devenus, selon lui, presque agressifs.