Cette affiche remplace celle qui interdisait l’accès aux vélos.

Véloroute des Bleuets: « Une profonde réflexion »

La municipalité de Saint-Henri de Taillon a retiré son affiche interdisant les vélos sur le chemin sur le Lac, au cœur de la Véloroute des Bleuets, la remplaçant par une autre indiquant des bosses sur deux kilomètres. Mais le maire et préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, croit que le temps est mûr pour une « profonde réflexion » sur le financement de ce produit d’appel touristique.

« La compagnie d’assurances a dit qu’on avait la protection. On a enlevé l’affiche et on a ajouté une affiche orange avec des bosses. La Véloroute va également l’indiquer », a dit le préfet, lors d’un entretien téléphonique, annonçant que d’autres municipalités pourraient agir comme la sienne.

Un avis technique avait été demandé à Vélo Québec sur la dangerosité du tronçon. Ce chemin donne accès au Parc national de la Pointe-Taillon par lequel passe la Véloroute, qui est une portion de la Route verte sous l’égide de Vélo Québec.

« Vélo Québec est heureux de constater que la municipalité de Saint-Henri-de-Taillon permette à nouveau le passage des cyclistes vers le Parc national de la Pointe-Taillon sur la Véloroute des Bleuets. (...) Rappelons que Vélo Québec s’est rendu sur place le 28 mai dernier afin d’évaluer la situation et d’accompagner la Corporation de la Véloroute des Bleuets dans la recherche de solutions pour maintenir ouvert cet axe cyclable. Vendredi dernier le 7 juin, Vélo Québec a fait parvenir son avis technique à la Corporation qui comprend une analyse de la situation et des tracés alternatifs ainsi que des recommandations. La décision de la municipalité va dans le même sens que les recommandations de Vélo Québec », a fait savoir l’organisme par voie de communiqué.

La Véloroute des Bleuets partagera l’information aux utilisateurs que la portion sur le chemin sur le Lac est dans un mauvais état.

Du côté du président de la Véloroute, Michel Chiasson, il se réjouissait que la situation se règle, alors que les journées d’achalandage de ce réseau cyclable arrivent rapidement. « On est bien contents, on trouvait ça déplorable. On a eu une rencontre avec le maire (André Paradis) et le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Lucien Boivin. On s’est fait expliquer les raisons, c’est une question de protection du côté de la municipalité. Nous on disait que c’était correct », a-t-il expliqué.

Il a mentionné que sur les portions de piste cyclable séparées du réseau routier, c’est l’assureur de la Véloroute qui entre en jeu. Par contre, lorsqu’elle emprunte les voies publiques, comme c’était le cas dans la portion visée, c’est l’assureur de la municipalité qui a préséance.

Un meilleur financement ?

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon dit travailler avec le député caquiste Eric Girard pour trouver du financement pour repaver cette portion de route. « Mais ça ne sera sûrement pas durant l’été », a-t-il averti.

Questionné par Le Quotidien, à savoir s’il ne fallait pas plutôt plus largement financer la Véloroute des Bleuets pour qu’elle se charge elle-même du développement et de l’entretien plutôt que de laisser les municipalités gérer leurs portions, il a avoué qu’il serait temps d’étudier une telle option. « Ça va être le temps d’avoir une profonde réflexion. Les gouvernements étaient présents au départ. C’est rendu un créneau touristique important. J’adhère à votre idée, on est rendus là », a-t-il indiqué.

Quant à Michel Chiasson, il dit attendre la réponse de Québec sur le plan de développement de 16 M$, déjà financé au tiers par les municipalités et les MRC. « C’est accepté par le fédéral et on attend la province », a-t-il précisé.

Lui aussi aimerait bien être plus maître de la situation sur l’ensemble du tracé. « On aimerait que ça soit comme ça aussi parce qu’on veut qu’elle soit tout le temps parfaite. (...) Mais on va continuer de travailler avec tout le monde, il faut garder une bonne entente », a-t-il conclu.