Depuis le début du confinement, la créatrice de contenu Valérie Lévesque a organisé différents événements en streaming pour rassembler sa communauté dans le jeu Animal Crossing: New Horizons, en suivant la campagne #PlayApartTogether.
Depuis le début du confinement, la créatrice de contenu Valérie Lévesque a organisé différents événements en streaming pour rassembler sa communauté dans le jeu Animal Crossing: New Horizons, en suivant la campagne #PlayApartTogether.

Valérie Lévesque brise l’isolement avec Animal Crossing

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
À défaut de pouvoir se rassembler en personne, pourquoi ne pas le faire de manière virtuelle sur une île déserte? C’est ce que propose la créatrice de contenu baieriveraine Valérie Lévesque, qui organise chaque semaine depuis le début du confinement des événements en ligne pour les adeptes du jeu Animal Crossing: New Horizons.

Le jeu de simulation de vie, qui propose de personnaliser un petit coin de paradis en l’explorant et en y bâtissant une communauté, est sorti le 20 mars sur la console Nintendo Switch, un moment qui correspond au début de la période de confinement pour plusieurs pays à travers le monde.

Le jeu, attendu par plusieurs adeptes, permet aux joueurs d’une même famille de jouer sur la même île déserte, qu’ils peuvent développer à leur goût en construisant des bâtiments ou en passant le temps tout simplement en pêchant et attrapant des insectes. Grâce au mode en ligne, les joueurs peuvent se visiter sur leurs îles respectives.

«Tu peux aller sur ta petite île, juste décrocher et en même temps jouer avec tes amis. Ça fait des rassemblements à plus de deux mètres!», lance en riant la créatrice de contenu Valérie Lévesque, qui a décidé de suivre la campagne en ligne #PlayApartTogether, en proposant quelques séances de streaming chaque semaine à sa communauté dans Animal Crossing: New Horizons.

L’initiative #PlayApartTogether a été lancée à la fin du mois de mars par une vingtaine de géants de l’industrie du jeu vidéo, appuyée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pour inciter les gens à garder contact, malgré le confinement qui touche une partie de la population mondiale en raison de la pandémie de COVID-19. L’appui de l’OMS aux jeux vidéo pendant la pandémie en a surpris plus d’un, alors que l’agence s’était plutôt montrée réticente, jusqu’à maintenant, face à ce loisir.

Ainsi, la communauté de Valérie Lévesque, qui compte 25 000 abonnés sur Facebook, a organisé depuis trois semaines différents événements diffusés en direct via Facebook Gaming en invitant des joueurs sur son île. Le lieu virtuel s’est transformé en party d’Halloween, a pris un décor du temps des Fêtes ou a encore été le lieu d’événements de cosplay, où les participants sont invités à jouer le rôle d’un personnage de culture populaire. Une façon, en quelque sorte, de remplacer les conventions geeks prévues cet été qui tombent à l’eau.

Entraide et coopération

«On peut jouer ensemble, mais jouer séparément», résume Valérie Lévesque. Ses vidéos les plus vus ont reçu jusqu’à 4000 visionnements. Les villageois, via leurs avatars, peuvent même échanger des objets pendant ces visites et coopérer pour progresser dans le jeu. Valérie Lévesque a consacré 130h à ce jeu et à son île, qu’elle partage avec sa fille de six ans et son garçon de cinq ans.

«J’y crois beaucoup, qu’il y a beaucoup de bénéfices dans les jeux vidéo, souligne celle qui est également enseignante en sports électroniques à l’École polyvalente Arvida. Ce sont des choses que je vois depuis longtemps. Avec la crise qu’on vit, je trouve que c’est tellement le beau moment pour montrer qu’il n’y a pas juste du négatif, qu’il y a un esprit de communauté et un esprit d’entraide.»

Animal Crossing: New Horizons, un jeu sorti le 20 mars sur la console Nintendo Switch, propose aux joueurs d’une même famille de jouer sur une île déserte, qu’ils peuvent développer à leur rythme. Ici, l’avatar de Valérie Lévesque.