Le président du conseil d’administration de la Société historique du Saguenay, Simon Coutu, a remis une plaque au nouveau membre de l’Ordre des Vngt-et-Un, Maurice Maltais.

Val Rasmussen et Maurice Maltais reçus

Le « Viking » et passionné d’histoire Val Rasmussen et l’un des fondateurs du Patro de Jonquière, Maurice Maltais, ont été reçus à l’Ordre des Vingt-et-Un, lundi soir, à La Baie.

Les deux nouveaux membres ont été intronisés lors d’une cérémonie tenue au Monument des Vingt-et-Un, tout juste au pied du Semeur, cette sculpture dépeignant le pionnier Alexis Simard. La cérémonie a eu lieu après une messe visant à souligner le 180e anniversaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, officiellement fondée le 11 juin 1838.

Val Rasmussen, coloré personnage connu pour son implication dans divers domaines d’activités et pour son sentiment d’appartenance avoué au Danemark, pays de ses ancêtres, aura 89 ans en décembre. Rencontré tout juste avant la messe, il s’est fait blagueur, comme à l’habitude. Au cours des longues minutes pendant lesquelles le citoyen d’Arvida s’est entretenu avec l’équipe du Quotidien, à un jet de pierre du parvis de l’église Saint-Alexis, le cachotier n’a jamais parlé du fait qu’il ferait, moins de deux heures plus tard, son entrée dans ce cercle de citoyens qui ont marqué l’histoire régionale. L’ordre est nommé en hommage aux bâtisseurs de la région, eux qui ont jeté les bases du Royaume dans l’adversité et à la sueur de leur front.

« Je suis honoré et privilégié », a déclaré le nouveau membre, avant de prononcer un discours témoignant de toute sa gratitude. Le président du conseil d’administration de la Société historique du Saguenay, Simon Coutu, a notamment décrit Val Rasmussen comme un homme qui a grandement contribué à la fondation de Jonquière-Médic et à la création de quatre centres de ski de la région.

Val Rasmussen, qui aura bientôt 89 ans, s’est dit honoré et privilégié d’être reçu dans l’Ordre des Vingt-et-Un, lors d’une cérémonie visant à marquer le 180e anniversaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Quant à Maurice Maltais, qui a mérité le titre de bénévole de l’année à Saguenay en 2005, il a fébrilement remercié l’auditoire présent au carrefour symbolique situé à l’angle du boulevard de la Grande-Baie et de la rue Monseigneur-Dufour. Il a ensuite admis qu’il porte encore, et qu’il portera toujours, la cause du Patro de Jonquière dans son coeur.

« Je fais encore des collectes pour le Patro. Alors, si vous avez de l’argent de trop, gênez-vous pas ! », a-t-il lancé à la blague.

Josée Néron présente
La mairesse de Saguenay, Josée Néron, était la première dirigeante de Saguenay à prendre part à la fête de la région en dix ans. Elle a livré un hommage senti aux fondateurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean et à tous ceux et celles qui ont construit et façonné notre région pendant deux siècles.

« Cette histoire qui est la nôtre s’est déroulée sous le signe de l’entraide fraternelle et de la solidarité. Célébrons le 180e anniversaire de ce Royaume légendaire, accueillant et chaleureux, qui fait la fierté de tous », a déclaré la mairesse.

La mairesse Josée Néron a livré un discours bien senti pour souligner la fête du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Avant la cérémonie, Josée Néron et son a mari, Marc Desautels, ont assisté à la messe anniversaire célébrée à l’église Saint-Alexis. Le temple fête ses 150 ans cette année. Quelques conseillers municipaux, dont Martin Harvey, Raynald Simard et Éric Simard, tous de La Baie, ont aussi assisté à la célébration présidée par le prêtre Mario Desgagné. La messe s’est déroulée sous le thème À l’image de nos ancêtres . Le célébrant s’est lancé dans une allégorie sur le Saguenay et a lui aussi souligné le travail des hommes et des femmes qui ont « donné leur vie et défriché pour nous ». Les candidats à l’élection partielle dans Chicoutimi–Le Fjord, Richard Martel (PCC), Lina Boivin (PLC) et Éric Dubois (NPD) ont tous assisté à la messe.

En fin d’après-midi, en marge des activités marquant le 180e anniversaire de la région, le Musée du Fjord a été le théâtre du lancement du livre de Mario Lalancette, Port-Alred en images.