Val-Jalbert va investir 250 000 $ sur le montant total pour réparer et relier son réseau d’égouts à celui de Roberval.

Val-Jalbert: 1,5 M$ pour relier les égouts au réseau

Pour permettre le développement du village historique de Val-Jalbert, la MRC du Domaine-du-Roy investit 250 000 $ dans un projet de 1,5 M$ visant à connecter les égouts du site touristique avec le réseau de la ville de Roberval.

« Les étangs aérés qui traitent l’eau de Val-Jalbert sont arrivés en fin de vie utile et on devait remplacer le système d’épuration », a soutenu Mario Gagnon, directeur général de la MRC du Domaine-du-Roy, en marge du conseil de la MRC tenu cette semaine à Roberval.

Dans un premier temps, la MRC a octroyé un mandat pour étanchéiser le réseau de Val-Jalbert au Groupe ADE Estrie, une étape préalable au raccordement au réseau de la ville de Roberval, qui sera réalisée en construisant une conduite de 3,9 km sur le boulevard de l’Anse.

Sur un coût total de 1,5 million $, les gouvernements provincial et fédéral se partageront une facture d’un million, alors que la MRC du Domaine-du-Roy et la Corporation du Parc régional de Val-Jalbert, le gestionnaire de la minicentrale qui tirera profit des revenus issus de la production d’électricité, investiront 250 000 $ chacun.

Ces mises à niveau du réseau d’aqueduc permettront au Village historique d’entrevoir de nouveaux développements en ce qui a trait à l’hébergement et au tourisme hivernal, car le réseau actuel était utilisé à pleine capacité, selon Mario Gagnon.

Un premier pont 100 % bois dans la MRC Domaine-du-Roy

Un premier pont 100 % bois sera construit dans la MRC du Domaine-du-Roy, sur une route forestière près du lac Windigo.

« C’est un beau signal qu’on va lancer », a soutenu Lucien Boivin, préfet de la MRC du Domaine-du-Roy lorsque les élus ont entériné le projet de construction d’un pont 100 % bois, situé sur le territoire non organisé Lac-Ashuapmushuan.

Plus précisément, ce pont, accessible par le chemin du lac Hélène sur la branche ouest, se trouve à une centaine de kilomètres de La Doré. Le chemin principal menant à ce pont avait été fermé par le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP), il y a quelques années, pour favoriser la prise en charge par les utilisateurs locaux.

Les élus ont choisi l’option 100 % bois même si le projet de construction coûtait 20 000 $ de plus qu’une construction hybride acier bois. Le coût supplémentaire exigé de la MRC sera seulement de 2100 $, a remarqué Danny Bouchard, directeur de l’aménagement du territoire, car 90 % du projet est financé par le MFFP.

« C’est relativement peu pour envoyer un signal positif pour l’industrie », a-t-il dit.

Cette décision cadre avec le schéma d’aménagement de la MRC visant à favoriser le bois dans la construction.

Dans le passé, d’autres décisions semblables ont déjà été prises, notamment pour la construction du chalet du Club de golf de Saint-Prime, a commenté Mario Gagnon, directeur général de la MRC.

C’est l’entreprise Construction du Bassin, basée en Estrie, qui réalisera ce mandat pour une somme totale de 164 989 $.