Le directeur général de la Coopérative Val-EO, Patrick Côté.

Val-Eo devra payer 480 000 $ en pénalité

Le retard dans la livraison du projet de parc éolien Belle-Rivière, dans le secteur de Saint-Gédéon, a coûté 480 000 $ au promoteur, à raison de 1320 $ par jour.
Mais une annonce serait imminente et le projet pourrait bien se concrétiser ce printemps ou au plus tard l'été prochain. 
Selon le contrat d'approvisionnement en électricité intervenu le 29 mars 2011 entre Hydro-Québec et la Société en commandite Éoliennes Belle-Rivière, le fournisseur a dû payer 55 $ par mégawatt pour chaque jour de retard postérieur à la date de garantie du début des livraisons. Cette norme était valide jusqu'à l'atteinte d'un montant maximum de 20 000 $ par mégawatt.
« Le maximum de 480 000 $ est maintenant atteint. La date prévue de livraison était le 1er décembre 2015 et la puissance contractuelle du projet est de 24 mégawatts », affirme Marc-Antoine Pouliot, porte-parole pour Hydro-Québec.
Joint par Le Quotidien, le directeur général de la Coopérative Val-EO, Patrick Côté, s'est refusé à tout commentaire en ce qui a trait aux retards dans le calendrier de réalisation. 
« Il y a beaucoup de retard, ce n'est une surprise pour personne, mais je m'attends à ce que l'on puisse faire des annonces et un état de situation plus concret d'ici un mois à six semaines », a répondu M. Côté, lorsque questionné par la journaliste. 
« Je n'ai pas de commentaire additionnel à fournir et je n'ai pas de mandat des administrateurs pour transmettre de l'information sur le projet. »
24 mégawatts
Évalué à 75 millions de dollars, le projet Belle-Rivière prévoit l'aménagement de 10 éoliennes dans la plaine d'Hébertville afin de produire 24 mégawatts d'électricité. Pour ce parc éolien, la coopérative est unie à l'entreprise Algonquin Power.
« Nous sommes membres du conseil d'administration et ça semble prendre le bon bord. Aux dernières nouvelles, ça s'enlignerait pour démarrer au printemps ou encore à l'été », a affirmé Sabin Larouche, directeur général de la MRC Lac-Saint-Jean-Est.
« Selon les dernières nouvelles que nous avons eues, le projet allait rondement », a pour sa part ajouté le préfet André Paradis. 
« Je n'en sais pas plus que vous. On nous a informés que ça fonctionnera. Le dossier continuera, mais à quel rythme, je ne le sais pas », a mentionné pour sa part le maire de Saint-Gédéon, Jean-Paul Boucher. 
La MRC Lac-Saint-Jean-Est a adopté un règlement d'emprunt de 5 M $ pour investir dans le projet. Le conseil des maires investira selon son avancement. « Nous allons attendre le moment venu pour investir, mais j'ai su que ça roulait selon les règles », a précisé le préfet Paradis.