Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le CHSLD de la Colline.
Le CHSLD de la Colline.

Vaccin anti-COVID: un premier arrêt au CHSLD de la Colline

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Les résidents du CHSLD de la Colline et le personnel des 16 CHSLD de la région recevront les premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech à partir de la semaine prochaine alors que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est toujours dans le peloton de tête pour l’activité virale de la COVID-19.

Le directeur de la Santé publique régionale, le docteur Donald Aubin, a confirmé la première livraison de vaccin la semaine prochaine sans être en mesure d’en préciser le nombre. Parallèlement au début de la campagne de vaccination, le CIUSSS mettra en branle un projet-pilote avec l’utilisation de deux tests rapides homologués par Santé Canada.

Pour ce début de campagne, le CIUSSS a choisi le site du CHSLD de la Colline en raison des espaces disponibles dans ce CHSLD pour vacciner les résidents ainsi que le personnel des autres CHSLD. Donald Aubin a ainsi confirmé qu’il n’était pas question dans l’immédiat de déplacer les équipes de vaccination dans chacun des 16 CHSLD.

«Au moins 30 personnes ont été infectées par la COVID-19 au CHSLD de la Colline durant la première vague. Il y a eu une éclosion dans les dernières semaines et au moins trois personnes qui avaient été infectées par le virus ont de nouveau été contaminés», a expliqué Donald Aubin.

Le CIUSSS, qui n’a aucune idée de la cadence de livraison des vaccins, va donc compter sur un haut taux de vaccination du personnel des CHSLD pour protéger les 1000 résidents de ces établissements. Le risque de contamination va tout de même persister puisque le gouvernement n’a pas l’intention de rendre la vaccination obligatoire.

Le médecin s’attend à ce que le vaccin fabriqué par la société Moderna soit disponible d’ici quelques semaines. Ce second vaccin est beaucoup plus facile à manipuler et ne nécessite pas les mêmes équipements de conservation. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean avait atteint un taux de vaccination de l’ordre de 71 % de la population lors de la campagne contre la grippe A(H1N1). Le directeur de la Santé publique est convaincu que la prochaine campagne permettra d’atteindre des taux satisfaisants afin d’obtenir une protection efficace contre le coronavirus.

Le CIUSSS entend compter sur le déploiement des tests rapides ID NOW et Panbio, de la pharmaceutique Abbott, afin d’intervenir plus rapidement dans certaines situations. Selon le microbiologiste-infectiologue Jean-François Paradis, également directeur médical des laboratoires du CIUSSS, ces tests vont permettre de réaliser plus rapidement l’isolement des personnes malades, et faciliter les enquêtes épidémiologiques.

Dans une première phase, le test Panbio sera utilisé principalement dans les résidences pour personnes âgées. Chacun des tests effectués devra être confirmé par un test régulier qui nécessite un délai de 24 heures. Le second test, ID NOW, sera utilisé à la clinique de dépistage des Augustines, à l’hôpital de Chicoutimi. Jean-François Paradis indique qu’il faudra également confirmer le test par un test régulier. Cette contre vérification des résultats pourrait être de courte durée puisque les médecins de Québec ont pratiquement complété une étude pour évaluer avec plus de précision la validité de ces deux test.

56 nouveaux cas

Le bilan quotidien publié jeudi par le CIUSSS confirme une fois de plus que la situation est toujours préoccupante dans la région avec une activité virale importante. Le bilan faisait état de 56 cas positifs, mais le directeur de la Santé publique a précisé qu’il y avait une erreur et que le véritable bilan était de l’ordre de 90 ou 100 cas.

Les autorités ont de nouveau les yeux tournés vers la MRC de Maria-Chapdelaine. Selon les chiffres disponibles sur le site du CIUSSS, le territoire de la MRC compte 79 cas actifs en ce moment avec des éclosions majeures dans des résidences pour personnes âgées, ce qui témoigne d’une bonne circulation dans la communauté. Le problème dans cette MRC est la fragilité du réseau de la santé qui est en pénurie de main-d’oeuvre même en situation normale.

Le virus est également actif à Chicoutimi alors que le Manoir Champlain a atteint 210 cas confirmés. La pandémie gagne du terrain chaque jour dans cette résidence qui compte plus de 400 résidents, incluant une ressource intermédiaire.

L’éclosion à l’Hôpital de Chicoutimi est toujours hors de contrôle. Le bilan de jeudi était de 19 nouveaux cas. Depuis le début de la plus importante éclosion dans la région, pas moins de 388 employés ont été infectés et plus de 70 usagers.