Usine Grande-Baie: Unifor dépose une requête en accréditation

Le syndicat Unifor vient de déposer une requête en accréditation auprès du Tribunal administratif du Travail pour une centaine de travailleurs de l’Usine Grande-Baie de Rio Tinto.

Selon le document déposé par Unifor le 13 mars, la demande de représentation concerne les mécaniciens, électriciens et les électromécaniciens de l’usine qui seraient au nombre d’une centaine.

Me Renaud Plante, procureur du syndicat Unifor, a confirmé que le dépôt a été fait mardi et que la requête était bien appuyée avec un nombre suffisant de travailleurs faisant partie de ce groupe. Il n’était pas en mesure toutefois de préciser le nombre de signataires tout en ajoutant que les listes d’employés visés par l’accréditation et leurs fonctions n’ont pas encore été affichées par l’employeur.

Le Tribunal du travail devrait analyser la requête le 4 avril prochain. Me Plante a refusé de commenter davantage le dossier ou de crier victoire puisque la requête peut toujours faire l’objet d’une contestation de la part de l’employeur.

La même discrétion a été observée par Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor, qui participait jeudi à une manifestation d’appui des lock-outés de l’aluminerie ABI de Bécancour.

Du côté de RT, la porte-parole Xuân-Lan Vu, a confirmé que la direction de l’Usine Grande-Baie a reçu copie de la requête. Elle a précisé qu’à ce stade-ci des procédures et jusqu’à ce qu’une décision soit rendue par le Tribunal administratif du travail, les employés de l’Usine Grande-Baie demeurent non syndiqués. La direction a fait savoir qu’elle entend poursuivre les opérations de l’usine en toute sécurité.

Bulletin d’information

Dans l’après-midi jeudi, un bulletin d’information destiné aux employés signé par la directrice des opérations par intérim, Stéphanie Gignac, affiché en divers lieux de l’usine, reprenait les mêmes informations que ci-dessus en incluant toutefois les prochaines étapes que suivra la requête prévue par le Code du travail. L’affichage des listes des employés visés et la contestation de la demande en accréditation sont abordés. On y mentionne, entres autres, que RT a jusqu’au 29 mars prochain pour contester la demande en accréditation. 

Communications directes

La dernière section rappelle qu’en cette période de recrutement syndical et en raison du dépôt de la requête, tout employé désirant aborder la syndicalisation avec son superviseur peut continuer de le faire en toute quiétude sans toutefois que les questions ne puissent être répondues pendant les heures de travail. Les réponses aux questions et positions officielles de la direction feront l’objet de réponses par le biais de lettres expédiées à la résidence des travailleurs ou via l’intranet de l’usine.

Rappelons que différents syndicats affiliés à la FTQ ou la CSN ont tenté, à plusieurs reprises, de syndiquer les travailleurs de La Baie, sans jamais y parvenir.