Unifor entre dans l'Usine Grande-Baie de Rio Tinto

Unifor a créé une brèche dans la seule usine de Rio Tinto non syndiquée du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En effet, les employés de l’entretien de l’Usine Grande-Baie ont dorénavant rejoint les rangs de ce syndicat. Le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu publique vendredi sa décision concernant cette demande de requête en accréditation.

Unifor représentera près de 90 employés, parmi les 400 travailleurs de l’usine. Cette décision touche les mécaniciens, les électriciens et les électromécaniens. L’Usine Grande-Baie est la seule installation de Rio Tinto dans la région qui n’était pas syndiquée.

La requête en accréditation avait été déposée le 13 mars 2018. « La décision est intervenue au terme de plusieurs journées d’audition alors que l’employeur contestait la demande », a souligné Unifor, par voie de communiqué. Au cours des prochaines semaines, le syndicat souhaite rencontrer ses nouveaux membres afin d’élire un exécutif régional et tient à préparer rapidement la négociation d’une première entente collective.

Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor, a affirmé qu’il espèrerait que cette décision influence les autres employés de l’usine. « C’est l’invitation que nous lançons à tous les autres salariés de l’Usine Grande-Baie. Il est temps que cette usine joigne les autres usines de Rio Tinto qui sont syndiquées avec Unifor », a-t-il lancé, dans un communiqué de presse.

Pour sa part, Xuân-Lan Vu, chef de service, communications et communautés pour Rio Tinto, a affirmé que l’entreprise allait prendre connaissance de la décision rendue et qu’elle analysera les prochaines étapes. « Notre priorité est de continuer à opérer l’usine en toute sécurité », a-t-elle ajouté, lors d'une entrevue téléphonique avec Le Quotidien.