Les capsules mettent en scène Pierre-Luc, qui met en scène monsieur Tout-le-Monde, et le scientifique Simon. Un problème du quotidien est exposé et des solutions sont offertes. Dans la première vidéo, on apprend comment transformer un vieux chaudron en chaudron neuf.

Une websérie pour accroître les inscriptions en métallurgie

Le Cégep de Chicoutimi lance une websérie sur la métallurgie. Avec un mélange de notions scientifiques, d’informations et une bonne dose d’humour, les concepteurs espèrent démystifier le domaine qui peine à attirer des étudiants.

La première capsule de la série intitulée Le métallurgiste, des solutions à profusion sera mise en ligne le 16 décembre. Chaque capsule réalisée par Julien Poiré-Desmeules met en scène monsieur Tout-le-Monde, ainsi que Simon, un scientifique spécialiste de la métallurgie.

Une problématique est exposée, puis des solutions sont proposées grâce à un mélange de science et d’humour. « L’idée, c’est de prendre un problème vécu par un utilisateur et d’y trouver une solution », explique Simon Rochon-Tremblay, coordonnateur et enseignant au Département de technologie du génie métallurgique du Cégep de Chicoutimi, qui incarne le scientifique dans les capsules.

Dans la première vidéo, le public apprendra comment transformer un vieux chaudron en chaudron « flambant neuf » en 15 minutes.

Une coutellerie, des boucles d’attelage et des articles de cuisine recouverts de calcaire feront également l’objet d’une des cinq capsules d’une durée de cinq à huit minutes de la première saison.

L’idée de créer une série Web est née il y a deux ans d’un besoin de démystifier le domaine.

Après avoir tenté d’attirer des étudiants par divers moyens traditionnels, Simon Rochon-Tremblay cherchait une façon d’atteindre le plus de gens possible pour leur parler du domaine qui le passionne.

Le programme de métallurgie a été instauré au Cégep de Chicoutimi en 2004. Depuis, les problèmes de recrutement d’étudiants sont constants. Le programme qui vise à accueillir 15 étudiants par année doit souvent composer avec des cohortes de six à neuf personnes.

Les capsules mettent en scène Pierre-Luc et le scientifique Simon. Un problème du quotidien est exposé et des solutions sont offertes. Dans la première vidéo, on apprend comment transformer un vieux chaudron en chaudron neuf.

« Malgré tous les efforts, les inscriptions continuent à décroître, confirme Simon Rochon-Tremblay. Depuis des années, je consacre du temps à faire la promotion et à trouver de nouvelles idées pour attirer plus de jeunes. Je me suis dit si les jeunes n’en entendent pas parler, ils ne peuvent pas penser à s’inscrire. »

Simon Rochon-Tremblay s’est rendu compte que le problème de la métallurgie est bien plus grand que celui du recrutement du collège.

C’est là que sa conjointe, Pascale Benoît, a eu l’idée de créer des capsules.

« On voulait amener la métallurgie dans le quotidien et la démystifier », explique Simon Rochon-Tremblay, qui souligne que l’idée a émergé il y a deux ans et qu’il a attendu huit mois avant de la soumettre au service des communications du cégep, qui a tout de suite embarqué.

Le Cégep de Chicoutimi disposait d’une ressource de choix pour mener le projet à bien. Pierre-Luc Desbiens, conseiller en communication au sein de l’établissement, a oeuvré dans le milieu du Web pendant cinq ans, en plus d’avoir une expérience en humour et en scène. Il a donc hérité du rôle de Pierre-Luc, le monsieur Tout-le-Monde des capsules.

Le Cégep de Chicoutimi fournit les ressources matérielles et humaines. Une journée de tournage est nécessaire par capsule.

« On ne voulait pas que ça fasse pédagogique. Le Cégep de Chicoutimi présente le projet, mais ce n’est pas une infopublicité pour le programme », assure Pierre-Luc Desbiens.

Les deux protagonistes sont conscients que les capsules n’entraîneront pas un nombre soudain d’inscriptions supplémentaires au programme, mais ils sont convaincus qu’ils contribueront à leur façon à démystifier le domaine qui en a bien besoin et où le manque de main-d’oeuvre se fait sentir.

Il est possible de visionner la première capsule dès le 16 décembre sur YouTube et via la page Facebook « Le Métallurgiste, des solutions à profusion ».