Une tournée pour le gazoduc

Le projet Gazoduq, destiné à alimenter l’usine de liquéfaction de gaz naturel à Grande-Anse (projet Énergie Saguenay), fera l’objet de consultations régionales par le promoteur, au cours des prochaines semaines.

L’entreprise a publié mercredi les étapes d’information et de consultation qui prévoient une tournée des municipalités en Ontario et au Québec, des rencontres avec des intervenants de la sécurité publique, des discussions avec l’industrie minière et des propriétaires et des voisins de la zone d’aménagement privilégié (ZAP) présenté en avril dernier. La ZAP est définie dans un corridor de 200 à 400 mètres entre la frontière ontarienne et Grande-Anse.

Selon Marie-Christine Demers, directrice principale relations avec les communautés chez Gazoduq, les consultations effectuées jusqu’à maintenant ont permis de mieux définir la zone où devrait être aménagé le futur gazoduc, mais plusieurs représentants de l’industrie forestière, associations de villégiateurs, chasseurs et pêcheurs ont exprimé leur intention d’aller plus en détail dans leurs préoccupations, leurs observations et leurs commentaires. Dans la région, il a été permis d’établir que le Parc de la Caverne du trou de la fée et le Parc régional de Val-Jalbert devront être évités par le passage du gazoduc. « Notre intention est de rejoindre tous les joueurs intéressés du Saguenay-Lac-Saint-Jean afin de connaître leur avis sur les moindres détails du projet. »

L’organisation de tables de travail, la participation d’intervenants de la sécurité publique et civile et des rencontres avec des propriétaires et des voisins de la ZAP auront lieu au cours de l’automne et de l’hiver.

Sur le terrain, des équipes de biologistes sont à l’œuvre pour effectuer des relevés, des inventaires biologiques et des tests géophysiques nécessaires à la confection de l’étude d’impact environnemental qui devrait être déposée pendant le premier trimestre de 2020.

Le promoteur Gazoduq est bien conscient que l’aménagement d’un gazoduc de plus de 700 km ne fera jamais l’unanimité, mais il souhaite que le plus d’intervenants possible puissent proposer des ajustements au projet actuel.