Une tique porteuse de la maladie de Lyme retrouvée sur un chien à Dolbeau-Mistassini

Quelques semaines après qu’une tique porteuse de la bactérie causant la maladie de Lyme ait été retrouvée sur un animal de compagnie à Saint-Félicien, l’histoire se répète à Dolbeau-Mistassini.

Le 10 juin dernier, Richard Gagné promenait son chien comme à l’habitude, dans un boisé près de chez lui, situé dans le secteur de Mistassini. Ce n’est qu’au soir, lorsqu’il a flatté son animal, qu’il a remarqué une tique gorgée de sang. Son premier réflexe a été de retirer la tique à l’aide d’une pince pour la mettre dans un plat et la conserver. En compagnie de sa belle-fille, qui est vétérinaire, il a ensuite envoyé l’insecte au laboratoire de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, situé à Saint-Hyacinthe, pour une analyse.

Quelques jours plus tard, ils ont reçu les résultats. La tique était en effet porteuse de la maladie. Évidemment, M. Gagné s’inquiète pour son chien qui pourrait avoir été contaminé, mais il doit attendre encore plusieurs semaines avant d’en avoir le cœur net. « Il faut attendre six semaines avant de faire une prise de sang et pour ensuite faire analyser la prise de sang, pour voir si le chien a été contaminé par la tique », explique-t-il. Normalement, son animal serait traité contre ce type d’insecte, mais cette fois-ci, son traitement a été retardé pour plusieurs raisons, notamment la pandémie.

À ne pas négliger

D’ici là, M. Gagné souhaite informer la population de cette découverte. « Ça commence à être une chose que nous allons devoir faire attention », admet-il. D’ailleurs, il a mentionné au Quotidien avoir prévenu sa famille d’effectuer des vérifications un peu partout, dans les cheveux et derrière les oreilles, lorsque les jeunes enfants rentrent de l’extérieur.

Selon le site web de l’ordre des médecins vétérinaires du Québec, les signes d’infection chez le chien sont nombreux. Rougeur de la peau à l’endroit de la morsure, fièvre et baisse d’appétit, arthrite, atteinte aux reins et méningite dans de rares cas. Un traitement antibiotique de quatre semaines doit alors être entrepris. Pour l’humain, le site web de Santé Canada soutient que la maladie peut également entraîner de nombreux symptômes graves si elle n’est pas traitée, dont des maux de tête, des douleurs musculaires, des troubles neurologiques et de l’arthrite.