La chargée de projet Développement et éducation à la citoyenneté mondiale au Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Véronique Fortin, tient l’affiche.

Une soirée pour le Fonds Nicole Guy

Le Centre de solidarité internationale (CSI) du Saguenay–Lac-Saint-Jean présente une toute nouvelle activité-bénéfice qui unira, le temps d’une soirée, l’univers de la bière de microbrasserie, la musique ainsi que les légendes. La soirée est organisée au profit du Fonds solidaire Nicole Guy, qui devrait voir le jour au cours des prochains mois.

Quatre bières régionales, des légendes fantastiques et de la musique irlandaise, québécoise et écossaise attendent les participants le 4 octobre dès 19 h à la Boîte à Bleuets d’Alma.

Les organisateurs proposeront la découverte de bières provenant de quatre microbrasseries régionales, soit celles de Riverbend, du Lion Bleu, de la Microbrasserie du Lac St-Jean et de Pie Braque.

Les notes des Gabiers D’Aquilon, du Jam Trad Saguenay et de Buddy Boudreault résonneront pendant la soirée. Le volet animation sera, quant à lui, assuré par Olivier Côté, Jonathan Boies et Sara-Claude Lépine.

« C’est une formule très abordable. Ça comprend une bière d’accueil, trois bières de dégustation et des grignotines, des légendes et de la musique. Et ça soutient une cause », fait valoir la chargée de projet Développement et éducation à la citoyenneté mondiale au Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Véronique Fortin.

Les billets de cette soirée-bénéfice sont en vente au coût de 45 $ au bureau du CSI, auprès des membres du conseil d’administration ou via le site Internet Réservatech.

De gauche à droite, Audrey Girard, de la microbrasserie Riverbend, pose en compagnie de la directrice générale du CSI, Sabrina Gauveau, et de la chargée de projet Développement et éducation à la citoyenneté mondiale, Véronique Fortin. La bière d’accueil de l’activité-bénéfice proviendra de la microbrasserie almatoise.

Par ailleurs, un partenariat s’est dessiné entre l’activité-bénéfice du 4 octobre et une autre soirée saguenéenne qui se tiendra le 24 octobre au profit de la Bourse Objectif Scène. Le quart des profits de chaque événement sera remis à l’autre.

« Des événements de financement, il y en a tellement. Il faut s’épauler et faire ça en équipe. On est collaborateurs avec ce beau partenariat », souligne Véronique Fortin.

Fonds Nicole Guy

L’équipe du CSI espère mettre sur pied le Fonds solidaire Nicole Guy d’ici la fin de l’année. La nouvelle initiative vise à assurer une source de financement à l’organisme de coopération internationale en plus de rendre hommage à sa fondatrice.

« L’idée, c’est d’être de plus en plus indépendant du financement gouvernemental. Ce sont des retombées sur du long terme. Il faut mettre le pied, ça fait 40 ans que le Centre de solidarité existe et nous n’avions pas encore d’outils de dons planifiés à long terme. C’est d’assurer un financement récurrent », explique Véronique Fortin.

Celle-ci rappelle que l’unique organisme du genre au Saguenay–Lac-Saint-Jean ne reçoit pas de financement pour sa mission, mais plutôt pour la réalisation de projets spécifiques. Cela oblige un travail administratif considérable de la part de la petite équipe puisqu’aucun financement de base ne lui est octroyé. « C’est toujours fragile et à recommencer », résume simplement Véronique Fortin.

La création du fonds est également un moyen d’obtenir davantage de legs testamentaires. Ce type de don planifié n’est pas, selon Véronique Fortin, encore très commun au Québec.

La fondatrice du CSI, Nicole Guy, est au parfum des démarches entourant la mise sur pied d’un fond portant son nom. Véronique Fortin assure que la pionnière est restée très proche de l’organisme avec qui elle entretient, encore aujourd’hui, des communications régulières.