Il faut préciser que les interventions réalisées par les plasticiens de l’hôpital ne consistent pas, pour la plupart du temps, à des opérations purement esthétiques. On parle de reconstructions et de chirurgies de la main, notamment.

Une seule plasticienne jusqu’à l’été

Une seule plasticienne desservira le territoire régional jusqu’à l’été prochain, à moins que la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) réussisse à recruter. La démission du chef de département, le Dr David Boudana, est effective à partir d’aujourd’hui.

Au début du mois de décembre dernier, le Dr David Boudana annonçait, dans une entrevue accordée au Progrès, qu’il quitterait ses fonctions à l’hôpital de Chicoutimi, épuisé depuis que le département n’était supporté que par deux chirurgiens. 

L’hôpital de Chicoutimi est le seul de la région à posséder un département de chirurgies plastiques. Ses chirurgiens opèrent donc les patients des quatre coins du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Alors qu’ils devraient être quatre plasticiens, ils n’étaient que deux depuis le décès accidentel du Dr Lionel Dignowity, survenu il y a un peu plus d’un an, et la retraite du Dr Carlos Lopez-Vallé. 

Épuisé et craignant de ne pas offrir les soins adéquats à ses patients, le Dr David Boudana avait annoncé à la direction qu’il quitterait ses fonctions à la fin du mois de janvier. Le département se retrouve donc avec une seule plasticienne. 

Il faut préciser que les interventions réalisées par les plasticiens de l’hôpital ne consistent pas, pour la plupart du temps, à des opérations purement esthétiques. On parle de reconstructions et de chirurgies de la main, notamment. 

Questionnée sur l’avenir du département, la présidente et directrice générale du CIUSSS, Martine Couture, a affirmé qu’un nouveau chirurgien allait rejoindre l’équipe de l’hôpital de Chicoutimi cet été. Mais les efforts de recrutement n’ont pas permis d’attirer un plasticien immédiatement. D’ailleurs, le Dr David Boudana ne jetait pas le blâme sur la direction, puisque le recrutement de spécialistes n’est pas chose aisée. 

Martine Couture est consciente que la situation au département de chirurgies esthétiques n’est pas rêvée. «Nous devrons établir des corridors de services entre nous et des établissements de santé à Québec. Mais ce n’est pas l’idéal, surtout lorsqu’on sait que ce genre de chirurgies, on peut les faire ici», a noté Martine Couture, en marge de la séance du conseil d’administration du CIUSSS qui avait lieu mercredi soir. 

«Les orthopédistes d’Alma peuvent également nous venir en aide, puisqu’ils ont développé une expertise en ce qui a trait à la chirurgie de la main. Nos efforts de recrutement vont se poursuivre, mais nous pouvons dire qu’un nouveau chirurgien arrivera cet été», a ajouté Mme Couture. 

D’ici là, la plasticienne Carla Ayala-Paredès supportera à elle seule le département, alors que le ministère de la Santé a établi qu’ils devraient plutôt être quatr