Du 26 juin au 7 septembre, la portion de la rue Sacrée-Coeur située entre la rue St-Joseph et le stationnement de la Plaza 1 sera fermée à la circulation du vendredi matin au dimanche soir.
Du 26 juin au 7 septembre, la portion de la rue Sacrée-Coeur située entre la rue St-Joseph et le stationnement de la Plaza 1 sera fermée à la circulation du vendredi matin au dimanche soir.

Une rue piétonnière pour l’été à Alma

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Une portion de la rue Sacré-Coeur sera piétonne, cet été, à Alma. La Société de développement commercial du centre-ville d’Alma et la Ville collaborent afin de rendre la période estivale plus agréable pour les commerçants du secteur et la population.

Du 26 juin au 7 septembre, la portion de la rue Sacrée-Coeur située entre la rue St-Joseph et le stationnement de la Plaza 1 sera fermée à la circulation du vendredi matin au dimanche soir. En semaine, elle demeurera ouverte à la circulation. La résolution a été adoptée lundi au conseil de ville.

« On veut offrir aux restaurateurs la possibilité d’élargir leur terrasse. On veut que les gens voient les façades des commerces, qu’ils puissent marcher en sécurité en faisant leurs achats et s’arrêter prendre un verre. Les commerçants auront aussi la possibilité de faire des ventes trottoir, décrit Joanie Racine, directrice générale de la Société de développement commercial du centre-ville d’Alma. Un mobilier urbain sera aussi installé aux Terrasses des cascades, dans le respect des règles de distanciation et de désinfection. »

La distance de deux mètres devra être respectée dans la rue. « On ne veut pas qu’il y ait une foule, on veut un espace de sécurité pour marcher au centre-ville », explique Joanie Racine.

La SDC et la Ville espèrent ainsi favoriser l’achat local.

Aucun espace de stationnement ne disparaîtra. Les gens pourront continuer à garer leur voiture près de la rue Sacré-Coeur pour faire leurs emplettes.

Le coût de ce nouveau projet n’est pas encore chiffré, mais devrait atteindre quelques dizaines de milliers de dollars. Ce montant comprend l’achat de mobilier urbain et l’aménagement de la rue.

« On veut nuire le moins possible aux commerces de services tout en donnant une chance aux commerces liés au divertissement. On le fait aussi pour la population. On invite les gens à se réapproprier le centre-ville. On veut mettre de la vie », conclut Joanie Racine, qui souligne que le plan détaillé de l’initiative sera dévoilé au cours des prochains jours.