Julie Bissonnette, responsable du site internet de la boutique L'Enfantillage et Cindy Baillargeon, propriétaire de la boutique, confirment que le Web a grandement contribué à faire connaître l'entreprise.

Une réussite grâce à Facebook

De plus en plus de consommateurs magasinent sur le Web. Ils sont aussi de plus en plus nombreux à effectuer leurs achats sans même avoir à quitter leur salon. Le commerce en ligne occupe une place grandissante dans les habitudes de consommation, mais les entreprises de la région sont-elles prêtes à embarquer dans la vague? Le Progrès-Dimanche a tâté le terrain afin de dresser un portrait du commerce en ligne au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le pouvoir du Web, la propriétaire des boutiques L'Enfantillage l'a rapidement compris. Peu de temps après l'ouverture de la succursale de Chicoutimi, Cindy Baillargeon a utilisé les médias sociaux pour faire connaître son entreprise.
«C'est Facebook qui nous a mis sur la carte», affirme celle dont la boutique est spécialisée dans les vêtements et les accessoires pour les mamans et leurs enfants.
«J'étais parmi les premières à utiliser Facebook pour faire du commerce», souligne-t-elle. «Je me souviens qu'une fois, en 12 heures, 400 vêtements ont été réservés sur Facebook. Il y avait tout un engouement», raconte-t-elle.
L'entrepreneure estime que le type de clientèle de sa boutique est parfaitement compatible avec le commerce en ligne. «Il y a beaucoup de mères en congé de maternité à la maison qui vont sur les médias sociaux», explique-t-elle.
Au fil du temps, la grande demande via les médias sociaux a poussé la propriétaire de la boutique à créer son propre site. «Maintenant, tout ce qui rentre dans la boutique se trouve automatiquement sur le site. Une mise à jour est effectuée toutes les 30 minutes.»
Les clients peuvent acheter des articles sur le site, puis recevoir leur commande à la maison ou la récupérer en boutique.
Autres textes dans la version papier du Progrès-Dimanche//