La consommation de la marijuana sera légale au Canada à compter du 17 octobre.

Une réglementation uniforme dans Domaine-du-Roy

À compter du 17 octobre, une vingtaine de succursales et une boutique en ligne vendront du cannabis à 7 dollars le gramme. Même si on ne retrouvera qu’une succursale à Saguenay à court terme, les municipalités du nord du Lac-Saint-Jean se préparent aussi pour la légalisation.

Même si la Société québécoise du cannabis (SQC) ne prévoit pas ouvrir de succursale au Lac-Saint-Jean pour l’instant, les municipalités se préparent à leur venue, car d’autres succursales s’ajouteront au réseau. De plus, tous les citoyens pourront commander du cannabis en ligne en moyennant des frais fixes de livraison de cinq dollars.

C’est pourquoi la MRC du Domaine-du-Roy a alloué un mandat à Jacques Valois, urbaniste, pour préparer une base réglementaire commune en ce qui a trait à la production, la transformation et la vente du cannabis sur tout le territoire.

Même s’il n’y a pas de date d’implantation de fixée, Roberval a déjà identifié les lieux pour la vente de marijuana. Pour l’utilisation récréative, la vente se fera dans le secteur du Carrefour Jeannois, alors que la vente pour des besoins médicaux sera au centre-ville, a attesté le maire Sabin Côté. En ce qui a trait à la production, qui est très restrictive, elle se limiterait au parc industriel, si une entreprise est intéressée à venir s’établir à Roberval. Pour l’instant, aucune entreprise n’a signifié de l’intérêt pour s’établir dans le secteur.

Pour Roberval et les autres villes du Québec, la question de la consommation reste encore à être définie, car il existe deux façons d’aborder la question, souligne Sabin Côté. Selon ce dernier, il est possible de s’inspirer de la réglementation fédérale du tabac, qui interdit la consommation dans les lieux publics et à moins de neuf mètres des bâtiments, ou encore sur le règlement sur la paix et le bon ordre, qui interdirait la consommation en public, comme on le fait pour l’alcool.

« Nous n’avons pas encore établi une position finale, parce qu’on attend de voir quelles sont les positions prises au niveau provincial, question d’avoir une réglementation uniforme », a-t-il expliqué le premier magistrat, avant d’ajouter qu’il ne veut pas que Roberval devienne le « Hérouxville du pot » en devenant trop restrictif.

À Alma, différentes options seront discutées lors de la prochaine réunion de la MRC Lac-Saint-Jean-Est et les élus décideront à ce moment de l’emplacement éventuel des lieux de vente et de la consommation en public. Saint-Félicien prendra également des décisions à ce sujet prochainement.

À Dolbeau-Mistassini, personne ne s’est déplacé pour assister à une séance d’information publique tenue sur le sujet la semaine dernière. On y apprenait que la vente, qui sera autorisée seulement au centre-ville, serait interdite à moins de 500 mètres d’une école ou d’un lieu fréquenté par les jeunes. De plus, la Ville compte interdire la consommation dans les lieux publics, comme c’est le cas pour l’alcool, tout comme l’a décidé Saguenay il y a quelques semaines. Des amendes de 100 à 500 $ sont prévues pour les contrevenants.

La SQC est toujours à la recherche d’un local au centre-ville à Saguenay. « On ne sait pas encore quand on va ouvrir, mais ça devrait se faire rapidement », a expliqué Linda Bouchard, qui avoue être dans une course contre la montre avec l’échéancier du 17 octobre. Dans un premier temps, le cannabis sera vendu à sept dollars le gramme et aucun rabais d’échelle ne sera offert.

Pas de manque de main-d’oeuvre pour le pot
Alors que plusieurs secteurs d’activité crient au manque de main-d’oeuvre, la SQC ne manque pas de personnes intéressées à venir travailler dans leurs 20 premières succursales qui seront ouvertes à compter du 17 octobre prochain. « On aura besoin d’une quinzaine de personnes par succursale, a souligné Linda Bouchard. Au départ, ça crée un besoin pour 300 employés, et on a déjà reçu plus de 5000 curriculum vitae. » Le salaire de départ pour les conseillers a été fixé à 14 dollars de l’heure. Les personnes intéressées à travailler pour la SDC peuvent postuler au www.emploicannabisquebec.ca.