Une réforme du guichet unique exigée

Quelques dizaines d’intervenantes en petite enfance en milieu familial du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont participé, dimanche, à une importante manifestation qui se déroulait devant l’Assemblée nationale, à Québec. L’Alliance des intervenantes en milieu familial (ADIM) Saguenay–Lac-Saint-Jean et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) réclament l’abolition des frais du guichet unique La Place 0-5. Par ailleurs, elles désirent rendre l’adhésion facultative.

Un sondage mené auprès de 122 membres de l’ADIM régionale confirme que 96 % des intervenantes en milieu familial du Saguenay–Lac-Saint-Jean ne sont pas satisfaites des fonctionnalités et des frais associés au guichet unique La Place 0-5.

« C’est un message sans équivoque que nos membres nous lancent. Le guichet unique alourdit leur travail et leur coûte des frais qui n’étaient pas prévus à notre entente collective », a mentionné, via un communiqué, la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon.

« Le nouveau ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, doit agir rapidement dans ce dossier. Je souhaite que le premier dossier sur sa pile soit le guichet unique », a-t-elle ajouté.

Deux cent dix intervenantes en milieu familial du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont déposé une mésentente individuelle, ce qui représente l’équivalent d’un grief pour les salariés, contre le ministère de la Famille.

D’ailleurs, la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon, sera de passage au Saguenay–Lac-Sain-Jean, samedi, afin de rencontrer les membres concernant cet important enjeu.