L’équipe de Premiers répondants Laurentides à l’oeuvre dans leur région d’origine.

Une proposition pour les urgences dans le Parc des Laurentides

Un organisme à but non lucratif basé dans les Laurentides propose un projet pour desservir la Réserve faunique des Laurentides en service d’urgence. Premiers répondants Laurentides a offert au ministère des Transports en septembre 2017 de prendre le contrat de sauvetage, mais le gouvernement n’a pas semblé intéressé à changer le système déjà en place.

Selon le directeur de l’organisme basé à Sainte-Adèle, Éric Fugere, la structure de Patrouille secours qui est toujours en fonction aujourd’hui après deux décennies était censée être une option temporaire. « C’était censé leur donner le temps de réfléchir à une solution plus permanente », a expliqué M. Fugere lorsque joint au téléphone jeudi matin.

Il ne se dit pas contre le système en place, au contraire. Selon lui, son offre, qui est toujours sur la table présentement, serait plus avantageuse pour tous.

« Ce qu’on propose, c’est une sécurité incendie, médicale, et le sauvetage hors route. Pour moins de 50 000 $ de plus, on a une couverture très complète. » Selon l’étude commandée par M. Fugere, le gouvernement paie près de 575 000 $ pour une couverture incomplète. « Pour 612 000 $, on donne tout. »

Éric Fugere explique que pour commencer, il y aurait une équipe de trois pompiers stationnée à l’Étape.

« Cette équipe va être prête 24 h sur 24 à répondre à toutes les urgences. Puis dans un objectif de trois ans, je placerai deux casernes aux deux entrées, pour avoir une force de frappe en tout temps », mentionne-t-il. Il souligne que c’est aberrant qu’une réserve faunique de cette taille n’aille pas un service complet défini.

L’idée de monter ce projet lui est venue après qu’un motoneigiste américain soit mort dans un sentier en 2016. Selon le bureau du coroner, les délais d’intervention avaient été grandement imputables.

« Quand j’ai vu ça, je me suis dit que ça n’avait pas d’allure, qu’on pouvait faire mieux », conclut M. Fugere.