Le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, a posé sa première question en chambre lundi.

Une première question pour Richard Martel

La glace est cassée pour le nouveau député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, qui a posé sa première question en chambre lundi.

Celui qui a remporté l’élection partielle de juin a été assermenté la semaine dernière. À l’occasion de son entrée officielle à la Chambre des communes, l’ex-entraîneur de hockey devenu politicien a pu questionner le gouvernement libéral au sujet des budgets réservés aux anciens combattants.

« On a découvert qu’il y a 372 millions $ qui dorment dans les coffres du gouvernement. Lors de la dernière campagne électorale, Justin Trudeau a dit qu’aucun ancien combattant ne devrait avoir à se battre pour obtenir du soutien. On a appris récemment qu’on avait un vétéran qui avait de la misère à avoir de l’argent », a mis en contexte Richard Martel, qui a appris en début de matinée, lundi, qu’il pourrait s’exprimer pour une première fois. C’est le chef du parti, Andrew Sheer, qui a tenu à ce qu’il prenne la parole rapidement après son arrivée à Ottawa.

« Il voulait tout de suite me mettre dans le bain », a imagé le principal intéressé.

C’est en raison de son titre de ministre associé à la défense nationale du cabinet fantôme que Richard Martel a pu s’adresser au ministre des Anciens combattants, Seamus O’Regan. Le porte-étendard de Chicoutimi-Le Fjord a confié que cette première question l’a rendu fébrile, mais qu’il s’est senti « en contrôle de la situation ».

« L’honorable Seamus O’Regan m’a répondu que le gouvernement s’assurerait que tous les anciens combattants reçoivent leurs prestations, s’il en ont le droit », a relaté Richard Martel, qui a pris le temps de se préparer au préalable avec les membres de son équipe.

Heureux comme député
Lundi, le député a eu l’impression d’être plongé en pleine rentrée scolaire, alors qu’il a dû se familiariser avec l’univers du Parlement et ses nombreux pavillons. Richard Martel n’a pas manqué d’action depuis son élection et se dit heureux comme un poisson dans l’eau dans ses nouvelles fonctions. Il a également profité de l’entrevue accordée au Quotidien pour commenter le passage de la députée libérale ontarienne, Leona Alleslev, dans le camp conservateur.

« Le leadership d’Andrew Sheer est tellement bon qu’il y a des gens qui sont attirés par ça. Ça démontre aussi que le Parti libéral ne correspondait plus à ses valeurs », a-t-il opiné. En raison de ses fonctions liées à la défense nationale, il pourrait avoir à travailler avec la nouvelle venue, une ancienne militaire de haut rang.