La Maison Gilles-Carle de Chicoutimi sera la première à ouvrir sous le gouvernement caquiste. L’annonce a été faite en présence de la ministre Marguerite Blais et de Chloé Ste-Marie, porte-parole de la Fondation Gilles-Carle.

Une première Maison Gilles-Carle à Saguenay [VIDÉO]

La Maison Notre-Dame destinée aux personnes en soins palliatifs sera convertie en centre de répit pour les proches aidants et aux enfants, et ce, sans distinction en ce qui a trait à l’âge et la maladie.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, accompagnée de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, et de Chloé Ste-Marie, porte-parole de la Fondation Gilles-Carle, et de Marc Denis, de la Fondation Marc Denis, ont annoncé un partenariat qui permettra l’ouverture de la troisième Maison Gilles-Carle au Québec et du Centre de répit de la Fondation pour enfants Marc Denis.

La maison, qui comprenait six chambres, subira d’importantes transformations afin d’en aménager entre neuf et 13 destinées à offrir du répit aux aidants naturels pour des périodes pouvant varier de quelques heures jusqu’à quatorze jours. Trois chambres seront réservées pour les jeunes en situation de handicap et leurs parents. Il est prévu qu’une centaine de personnes aidantes sélectionnées par référencement du personnel en place et des organismes communautaires séjournent annuellement au centre de répit.

Selon les ententes signées après plusieurs semaines de négociations, la Fondation Marc Denis achète la Maison Notre-Dame au prix de 225 000 $ pour en faire don à Hébergement Plus, un organisme à but non lucratif œuvrant dans le logement social relié à l’Office municipal d’habitation de Saguenay. M. Denis a rappelé que pour la fondation qu’il dirige et qui mettra fin à ses opérations prochainement, le soutien apporté est une façon d’assurer la pérennité de l’œuvre consacrée aux jeunes qui a permis un soutien total d’environ 700 000 $ en 17 ans d’activités.

Pour sa part, la présidente-directrice générale du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Labbé, s’est engagée à élaborer le futur cadre financier du centre de répit. Le CIUSSS fournira les soins et les services appropriés dispensés par des préposés aux bénéficiaires.

Lors de son allocution, la ministre Blais a mentionné que l’ouverture du centre s’inscrit dans une volonté gouvernementale d’élaborer une politique de soutien aux aidants naturels qui prévoit 21 millions $ par année pendant cinq ans. Mme Blais a espoir qu’un centre de répit pourra être actif dans chacune des MRC du Québec. L’engagement gouvernemental est de soutenir l’ouverture de 20 maisons de répit sur dix ans. La Maison Gilles-Carle de Chicoutimi sera la première à ouvrir sous le gouvernement caquiste.

Elle a souligné le fait que la tâche est parfois très difficile quand il est question de travailler avec d’autres ministères, en précisant la collaboration avec sa collègue Andrée Laforest dans ce dossier. Elle a indiqué que la situation n’est pas facile également pour les petites maisons qui reçoivent des personnes âgées et qui en arrivent à fermer leurs portes, d’où l’intention de les aider.

Même si l’ouverture de la Maison Gilles-Carle est prévue pour juin, certaines ficelles restent à attacher. Le directeur d’Hébergement Plus a précisé que l’ampleur des travaux reste à déterminer puisqu’il faut tout d’abord définir quels seront les besoins des personnes qui y séjourneront. La ministre Blais s’est montrée rassurante en affirmant que la mise en place du centre est le fruit de la volonté de deux ministères.