L’entreprise Lou-Tec a prêté à un homme de plus de 80 ans une plateforme élévatrice pendant 15 jours pour qu’il puisse voir sa femme au premier étage de la résidence des Années d’or, à Jonquière.
L’entreprise Lou-Tec a prêté à un homme de plus de 80 ans une plateforme élévatrice pendant 15 jours pour qu’il puisse voir sa femme au premier étage de la résidence des Années d’or, à Jonquière.

Une plateforme élévatrice pour voir sa femme en CHSLD à Jonquière

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
« J’ai peur que ma femme m’oublie. » Les employés de chez Lou-Tec, une compagnie de location d’équipements au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ont été touchés par l’histoire d’un homme âgé d’environ 84 ans, qui demandait à louer un chariot élévateur, afin de voir sa femme qui souffre d’Alzheimer et qui réside au premier étage de la résidence des Années d’or, à Jonquière. L’entreprise lui a permis d’avoir accès à l’équipement gratuitement pour deux semaines.

C’est Dany Tremblay, gérant de la succursale d’Alma, qui a reçu le tout premier appel de l’homme. Il a bien vu qu’il avait entre ses mains une demande particulière. « Je voyais qu’il cherchait les termes et lorsque je lui ai demandé pourquoi il voulait avoir de l’équipement, il m’a dit que j’allais me moquer de lui », s’est remémoré l’employé, dans un entretien avec Le Quotidien. C’est à ce moment que l’homme a avoué que son plan était pour voir sa douce.

Marié depuis plus de 55 ans, il n’a pas pu parler à sa femme, comme plusieurs, depuis plus d’un mois. « Il m’a dit que ce n’était pas facile, qu’il avait peur qu’elle l’oublie et qu’il souhaitait vraiment la voir en face », a-t-il indiqué. L’homme voulait quelque chose capable de le hisser au premier étage, afin que sa femme puisse le regarder dans les yeux.

L’homme a pu avoir accès à la baie vitrée où sa femme se rend une fois par jour.

M. Tremblay a voulu s’assurer que l’homme comprenait que la location avait un certain coût, mais le client était décidé à faire ce qu’il fallait. Toutefois, puisque le CHSLD est situé à Jonquière, M. Tremblay a dû le référer aux membres de l’équipe de la succursale de l’endroit, mais a assuré à l’homme qu’il allait bien expliquer son histoire à ses collègues.

En appelant à Jonquière, M. Tremblay a vu que l’histoire avait autant touché ses collègues que lui. Ils ont donc contacté le bureau mère, situé à Roberval, et ont décidé ensemble de prêter à l’homme l’équipement pendant 15 jours, sans frais.

L’homme a donc fait installer la plateforme élévatrice à côté d’un espace vitré où sa femme passe un certain temps de sa journée. Il aurait même, à un certain moment, amené son chien pour lui montrer.

« On est bien content d’avoir fait ce geste. Son histoire nous a tous beaucoup touchés. Malgré sa détresse et le fait que sa femme lui manquait énormément, il était toujours heureux et enjoué lorsqu’il nous parlait », a souligné M. Tremblay.

L’histoire, qui a été partagée par la fille du gérant, a fait énormément réagir en ligne.