Gilbert Talbot, du Comité de citoyens pour l’amélioration de la STS, Francine Gagnon, du Groupe des organismes des personnes handicapées, et Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, ont annoncé le lancement d’une pétition visant à revoir le financement de la STS.

Une pétition pour mieux financer la STS

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, invite ses concitoyens à signer une nouvelle pétition réclamant des investissements massifs dans l’amélioration du transport en commun en région, en particulier pour les services fournis au Saguenay par la Société de transport du Saguenay (STS).

Lors d’une conférence de presse tenue en compagnie de Gilbert Talbot, du Comité de citoyens pour l’amélioration de la STS, et Francine Gagnon, du Groupe des organismes des personnes handicapées du Saguenay, le député a déclaré que le mode de financement actuellement en vigueur n’est pas adapté au vaste territoire de la ville qui s’étend sur plusieurs kilomètres entre La Baie et Jonquière en plus de couvrir de nombreux secteurs périphériques. « Présentement, c’est un peu comme la poule et l’oeuf. Il n’y a pas assez d’offres de services parce qu’il n’y a pas assez de monde qui fréquente le service et il n’y a pas de monde parce qu’il n’y a pas assez de services », déclare le député.

M. Gaudreault a ajouté que la STS a subi des coupes de subventions au cours des dernières années sous le gouvernement libéral.

En raison de la spécificité du territoire de Saguenay, M. Gaudreault demande au ministre des Transports, François Bonnardel de tenir une commission parlementaire spécifiquement sur le sujet.

M. Talbot a mentionné que la pétition en ligne et sur papier exige que Québec décrète que la Loi sur le développement durable s’applique aux municipalités, particulièrement pour les plans de développement du transport en commun, une loi qui date de 2006 et qu’aucun gouvernement n’a osé mettre en application pour les municipalités.

Quoi changer ?

Interrogé afin de savoir s’il avait une idée du nombre de circuits d’autobus qu’il faudrait ajouter pour rendre le transport de la STS plus efficient, M. Talbot a répondu qu’il n’avait pas étudié la question, mais que les besoins étaient d’avoir une couverture de six heures le matin jusqu’à minuit le soir sur semaine et les fins de semaine. Selon lui, les changements mis en place en avril 2018 ont contribué à détériorer le service en réduisant ou supprimant des trajets dans les quartiers.

Pour ce qui est du transport adapté, Mme Gagnon a mentionné que les besoins s’accroissent d’année en année alors que les déplacements de personnes handicapées sont passés de 141 000 en 2007 à 199 000 en 2017, sans que les enveloppes budgétaires ne suivent le rythme de croissance.

La pétition disponible sur le site de l’Assemblée nationale pourra être signée jusqu’au 24 février prochain.