Billy Maltais et Philippe McGraw ont ouvert les portes de la Pension canine chez Clyde et Dumbo plus tôt ce mois-ci.
Billy Maltais et Philippe McGraw ont ouvert les portes de la Pension canine chez Clyde et Dumbo plus tôt ce mois-ci.

Une pension canine avec traitement VIP

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Après quatre ans de dur labeur, le souhait de Billy Maltais et Philippe McGraw se réalise. Ils ont récemment ouvert les portes de leur toute nouvelle Pension canine chez Clyde et Dumbo, aménagée sur le boulevard du Royaume, entre Jonquière et Larouche.

La pension accueille des chiens depuis le début du mois d’octobre. Certains y passent la journée, d’autres y dorment et une section VIP héberge les toutous avec certains traitements spéciaux, comme le bain, la coupe de griffes, le lavage d’oreilles et plus encore.

Les propriétaires, âgés de la mi-trentaine, travaillent tous les deux dans le domaine de la santé. M. Maltais est infirmier auxiliaire tandis que M. McGraw est ambulancier. En plus de partager leur passion de prendre soin des autres, ils sont tous les deux des amoureux des animaux, des chiens en particulier.


« On adore les animaux. Avec nos métiers, il y a des moments qui sont parfois plus lourds, prenants, stressants, donc c’est vraiment un bonheur pour nous de revenir à la maison et de voir de la joie pure et dure de nos animaux. C’est thérapeutique »
Philippe McGraw

Les deux hommes s’occupaient d’un élevage de chiens depuis quelques années, mais gardaient toujours en tête le projet de pension canine. « On a voulu répondre aux gens qui nous parlaient et qui nous demandaient de garder leur chien. C’est de là que nous avons eu l’idée d’une garderie à notre image », continue M. Maltais.

C’était il y a quatre ans.

Chaque chien a son propre espace intérieur et extérieur à la pension.

Avec la pandémie, certains travaux ont été retardés. Les hommes ont fait l’acquisition d’un terrain sans servitude, qui était assez grand pour qu’ils construisent leur maison et leur pension. Ils ont également aménagé un parc à chiens clôturé de 30 000 pieds carrés.

« Chaque chien à un espace individuel intérieur et extérieur. Il a son propre abreuvoir automatique et dans la section VIP, chacun des chiens a sa télévision. On a vraiment tout donné », ajoute en riant l’ambulancier.

Afin de permettre à tous les chiens d’avoir leur espace, les propriétaires acceptent au maximum une quinzaine d’animaux.

Depuis l’ouverture, la pension n’est pas complète, mais les propriétaires sont satisfaits de l’achalandage. « Les clients sont vraiment satisfaits. Ils nous disent que quand leur chien était seul à la maison, lorsqu’ils arrivaient, il voulait jouer et dépenser de l’énergie et eux n’avaient pas toujours le temps et l’énergie. À la garderie, alors qu’on les amène marcher dans le bois, jouer dans le parc à chiens et qu’on s’amuse, quand le maître revient à la maison avec son animal, son chien est aussi fatigué que lui et il est juste content de faire du divan et de dormir », s’est réjoui M. Maltais.

Une foule de projets en route

Pour les propriétaires, le futur n’a pas de limites. Les travaux enfin terminés, les deux propriétaires peuvent maintenant penser aux projets qu’ils souhaiteraient mettre en place dans les prochaines années.

Ils aimeraient, entre autres, faire la préparation de pâtisseries pour chiens, en plus de donner des formations de secouriste pour animaux de compagnie. L’ambulancier aurait aimé donner la formation en automne, mais la pandémie a apporté un peu de retard. « On a espoir que la formation va débuter en janvier. Elle va s’adresser à toute personne qui a un animal de compagnie. Elle sera faite pour apprendre à gérer les urgences », continue-t-il.

L’idée d’un camp de vacances canin et d’un retour à l’élevage font aussi partie des plans des deux entrepreneurs.

Une plus grande équipe

Dans les prochains mois, les propriétaires aimeraient agrandir leur équipe et pensent à des personnes en particulier. « J’ai travaillé avec plusieurs clientèles dans mon domaine. Je suis vraiment touché par les jeunes adultes avec une déficience qui ne peuvent pas travailler dans n’importe quel emploi. J’aimerais devenir un employeur pour eux, afin qu’ils viennent travailler avec nous et avec les chiens », continue M. Maltais.

La pension compte également un salon de toilettage, mais ne compte pas encore de toiletteuse. Les copropriétaires recherchent activement la perle rare pour se joindre à leur équipe.

La pension peut accueillir une quinzaine de chiens en même temps.