Nancy Gagnon, coordonnatrice du Bureau de la recherche du Cégep de Jonquière, attend 150 personnes dans le cadre de Mémoire vive le 29 mai.

Une occasion de partager le savoir

Sous le thème de la responsabilité durable, le Cégep de Jonquière tiendra, pour la troisième fois, l’événement Mémoire vive, le mercredi 22 mai, une occasion pour l’établissement de présenter le travail de ses chercheurs.

Organisée par une équipe de chercheurs, de professionnels et de chercheurs-enseignants, cette journée s’inscrit dans un contexte où réfléchir, créer, parfaire son expertise et s’impliquer différemment est à la portée des enseignantes et des enseignants passionnés.

« C’est une initiative du Cégep de Jonquière. En recherche, la diffusion de connaissances est souvent le parent pauvre. On ne met pas autant d’emphase sur la diffusion », a raconté, lorsque rencontrée à son bureau, la coordonnatrice du Bureau de la recherche, Nancy Gagnon.

Pas moins de 32 ateliers seront offerts entre 8 h 30 et 16 h.

Par exemple, Jonathan Côté-Fortin, de la chaire TERRE, présentera les résultats de la « conception d’un jumelage solaire/hydrogène pour remplacer une génératrice diesel ». Ou encore, Michaël Gaudreault et Suzie Tardif, d’ÉCOBES, ainsi que Pascal Lévesque, du CRÉPAS, répondront à la question, à savoir « en cette ère de plein emploi au Québec, comment les jeunes peuvent-ils bien concilier les études et le travail rémunéré ? »

La conférence d’ouverture sera prononcée par Lynn Lapostolle, directrice générale de l’Association de la recherche au collégial (ARC), qui abordera l’historique de la recherche collégiale et le lien qui existe entre la recherche et les cégeps dans une optique de responsabilité, de mémoire et de durabilité de la recherche.

75 personnes

Au Cégep de Jonquière, selon ses chiffres, environ 75 enseignants et professionnels œuvrent à la recherche, une réalité souvent peu connue dans la population.

Comme lors de la dernière édition, environ 150 personnes devraient être présentes, quoique Mme Gagnon aimerait bien voir gonfler ce chiffre un peu, étant donné qu’il y a aura plus de participation de cégeps de l’extérieur de la province. Ainsi, des Centres collégiaux de transfert technologique (CCTT) de Matane et de Sorel-Tracy seront présents.

« L’invitation est lancée, pas juste aux étudiants et aux enseignants, mais aussi aux entreprises », a poursuivi Mme Gagnon.

Les entreprises sont d’ailleurs au cœur des mandats réalisés dans les CCTT. Souvent, elles font appel au Cégep pour régler des problèmes précis.

« Au Cégep, c’est très très appliqué. On travaille étroitement avec l’entreprise. À l’université, on parle en termes d’années. Ici, en dedans de six mois, on est capables d’avoir des résultats », a-t-elle ajouté.

Les inscriptions sont toujours possibles au site memoirevive.cegepjonquiere.ca.