La Fête des récoltes de Saint-Fulgence proposait un marché public et des visites dans les fermes du coin.

Une municipalité nourricière

Saint-Fulgence a embrassé sa nouvelle vocation de municipalité nourricière dimanche et a convié la population à la Fête des récoltes au coeur du village. Les fermes du coin ouvraient aussi grand leurs portes aux visiteurs.

« C’est magnifique, ça vaut la peine de venir, il y a plein d’oies et de bernaches aux alentours en plus », s’enthousiasmait la chargée de projet Marie-Lise Chrétien-Pineault en début d’après-midi. Elle travaille pour Eurêko ! , l’organisme qui a mis en oeuvre la démarche de Municipalité nourricière il y a quelques mois. Quatre localités ont répondu à l’appel, soit Bégin, Saint-Prime, Labrecque et Saint-Fulgence. Les citoyens de cette dernière ont choisi de valoriser la consommation d’aliments locaux avec une fête des récoltes.

Un marché rassemblant une quinzaine de stands, dont du sirop d’érable, des légumes et des produits biologiques de la forêt boréale, était tenu jusqu’à 18 h. « C’est l’occasion de se magasiner un beau panier d’hiver avec de l’ail, des courges ou des oignons. Ce sont tous des légumes qui se conservent bien », mentionne Marie-Lise Chrétien-Pineault.

Cinq fermes ont accueilli les curieux de 10 h à 16 h. Les intéressés pouvaient notamment cueillir des citrouilles à la Ferme du ruisseau, visiter les Jardins de Sophie, déguster des gaufres et des crêpes chez Les Mômes du fjord, acheter divers produits, dont de l’agneau, à la Vieille Ferme ou sympathiser avec les animaux de la Ferme Queue-de-Veau.

Saint-Fulgence développe des initiatives d’autonomie alimentaire depuis déjà quelques années avec Eurêko ! . Par exemple, les produits issus des aménagements comestibles plantés dans la municipalité ont servi à cuisiner le potage servi gratuitement à partir de 14 h. Les citoyens prévoyaient justement de planter de nouveaux végétaux dans la forêt nourricière en après-midi.

À 15 h 30 à la Maison coupée en deux, le chercheur Majella J. Gauthier était invité à présenter ses travaux sur le microclimat qu’on retrouve à Saint-Fulgence. Un 5 à 7 trad a aussi été organisé avec la musique de la violoniste Anik.