Cajetan Bouchard, propriétaire de la Villa des Sables de Jonquière, serait en faveur d'une loi interdisant de fumer dans les résidences pour aînés. Il affirme que le feu aurait pu avoir de graves conséquences, si la résidence n'était pas construite de façon à empêcher toute propagation des flammes.

Une loi non-fumeurs réclamée

Des résidants de la Villa des Sables de Jonquière réclament une loi provinciale interdisant de fumer dans les résidences pour aînés. Les alarmes incendie répétées et les événements de L'Isle-Verte ont convaincu les instigateurs de la démarche amorcée en 2013 d'agir afin d'améliorer la sécurité dans les édifices pour personnes âgées.
Gérald Blackburn et Jean-Marie Tremblay sont inquiets pour la sécurité des aînés. Les deux octogénaires qui résident à la Villa des Sables de Jonquière revendiquent une loi qui permettrait aux aînés de dormir plus tranquilles.
«L'Isle-Verte, c'est la goutte qui a fait déborder le vase. Ça fait un an que nous faisons des pressions auprès du gouvernement afin qu'une loi interdise de fumer dans ces établissements», martèle Jean-Marie Tremblay. Rappelons qu'un article de fumeur été pour un temps ciblé comme élément déclencheur de la récente tragédie qui a fait 32 morts. Toutefois, la cause officielle n'a pas été révélée encore.
Gérald Blackburn et lui ont amorcé leurs démarches en janvier 2013. Ils ont d'abord fait parvenir une lettre au bureau du ministre Sylvain Gaudreault. Puis au ministre de la Santé Réjean Hébert en février 2013.
Les deux hommes ont reçu une réponse affirmant que le contenu de leur demande serait porté à l'attention du ministre Gaudreault quelques jours plus tard. Depuis, aucune nouvelle.
Mais à la Villa des Sables, des alarmes incendie ont retenti depuis, semant l'angoisse chez certains résidants. Et les événements de L'Isle-Verte ont convaincu les deux hommes de revenir à la charge.
«Nous avons vécu trois évacuations en quelques mois à cause d'articles de fumeurs. Nous avons dû sortir à minuit 50, par temps froid. La moyenne d'âge est de plus de 80 ans. Plusieurs personnes sont traumatisées. Et la nuit, certaines personnes enlèvent leur appareil auditif, en plus de prendre des pilules pour dormir. Ce n'est pas rassurant», affirme M. Blackburn.
Les deux hommes affirment que plusieurs résidants les appuient. Mais ils sont bien conscients que certains seront en désaccord.
«Certains diront qu'ils sont chez eux, donc qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Mais quand on met la vie de ses voisins en danger, on ne peut pas faire ce qu'on veut», estime Jean-Marie Tremblay.
«On ne fait pas ça contre les fumeurs», insiste Gérald Blackburn. «C'est un peu comme une mission. Au moins, nous aurons fait quelque chose. Ajouter des gicleurs partout, ça coûte des millions. Notre suggestion, elle, ne coûte rien.»
La loi stipule qu'il est interdit de fumer dans les aires communes des résidences privées pour aînés.Par contre,les résidences ont des règlements distincts en ce qui concerne le droit de fumer à l'intérieur des appartements.