Sans permis du ministère de la Famille, la garderie privée Les Loupiots devra fermer.

Une garderie privée est jugée illégale

Considérée illégale par le ministère de la Famille du Québec (MFQ), une garderie privée exploitée sans permis dans l’ancien presbytère de l’église Sainte-Thérèse, à Arvida, est contrainte de fermer ses portes.

Le MFQ a écrit à la propriétaire de la garderie Les Loupiots il y a quelques jours. Porte-parole du ministère, Alexandre Noël confirme que le service de garde ne détient pas de permis et est donc considéré comme illégal.

« La garderie en question n’est pas titulaire d’un permis délivré par le ministère de la Famille et est donc illégale. On ne peut pas tolérer une situation d’illégalité et nous avons donc acheminé un avis préalable à l’évacuation et à la fermeture le 5 novembre dernier », a confirmé Alexandre Noël. Cette lettre informe la propriétaire, Mélanie Laventure, de procéder à l’évacuation au plus tard le 5 décembre.

« Il y a des exigences dans la Loi sur les services de garde éducatifs à l’enfance qui stipule que quand on exploite une garderie en installation, on doit demander un permis. Si elle opère sans permis, c’est une situation illégale », a renchéri le relationniste.

Lors du passage du Quotidien vendredi après-midi, la garderie était toujours ouverte et des enfants s’y trouvaient. Invitée à commenter le dossier, la propriétaire s’est montrée sur la défensive et n’a pas voulu être citée. Elle a menacé d’entamer des procédures judiciaires en cas de publication.

Alexandre Noël a précisé qu’une lettre a été envoyée aux parents des enfants qui fréquentent la garderie pour les informer de la situation. Des références leur ont aussi été fournies pour dénicher une autre ressource de garde.

Pas de demande à la Ville

Le conseiller municipal du secteur, Carl Dufour, a été mis au courant, il y a une dizaine de jours, du fait qu’une garderie a élu domicile dans l’ancien presbytère de l’église. Il est allé aux sources pour savoir si des demandes de permis ont été déposées à la Ville. L’élu a appris que ce n’était pas le cas.

« Il n’y a pas eu de demande pour s’assurer que le presbytère soit aux normes pour ce genre d’entreprise-là et il n’y a pas eu de demande de changement au règlement de zonage non plus. Cet endroit-là n’est pas zoné pour recevoir une garderie. Ça pourrait être un projet intéressant, il y a un parc à proximité, et nos services peuvent aider les gens à structurer leurs projets. Mais en ce moment, les permis n’ont pas été demandés », a confirmé l’échevin.