Une formation en hygiène et salubrité pour les nouveaux employés du CIUSSS

Le Centre de formation professionnelle (CFP) de Jonquière a mis sur pied une formation en hygiène salubrité qui permet aux nouveaux employés du CIUSSS de se familiariser avec leur milieu de travail et d’accomplir leurs tâches de façon sécuritaire. Six points de diffusion rendent l’apprentissage possible aux quatre coins de la région.

Carl Dumas, directeur adjoint du CFP de Jonquière, explique qu’une collaboration avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean avait déjà permis la mise en place d’une plus longue formation en hygiène salubrité en milieu de soins. « Avec l’arrivée de la COVID-19, on a eu une demande pour former les gens qui se sont présentés sur une base volontaire au CIUSSS et qui n’avaient pas de formation initiale », explique-t-il.

Carl Dumas, directeur adjoint du CFP de Jonquière, est très fier de la nouvelle formation en hygiène salubrité.

Léo-Marc Tremblay, agent de développement du service aux entreprises du CFP de Jonquière, est celui qui a mis sur pied la nouvelle formation d’accueil. « En 10 jours, nous avons adapté la formation pour qu’elle permette aux nouveaux employés de se familiariser avec leur nouveau milieu de travail et d’être prudents dans leurs façons d’effectuer leurs tâches. En 6h, les étudiants comprennent ce qu’est un milieu de soin et les différents emplois qui y sont associés tout en étant conscientisés sur les aspects de la contamination et de la confidentialité », affirme-t-il. 

Selon M. Tremblay, la proactivité du CIUSSS est à souligner. « L’efficacité du CIUSSS est fantastique. Tout a été fait rapidement. Les ressources humains, les équipes techniques, les formateurs, tout le monde a mis la main à la pâte pour monter les salles de diffusion en un temps record. Nous sommes en mesure de former 300 personnes par semaine s’il advient un besoin urgent. »

En cette période de crise, l’éducation devait venir en aide à la santé, selon l’agent de développement. « Il fallait absolument trouver un moyen d’offrir un support à nos collègues de la santé. Nous y sommes arrivés et c’est un beau projet dans un contexte de pandémie. »