Selon les premières informations, ce serait un hache-paille qui serait la cause du feu. Le moteur aurait surchauffé et causé une petite explosion, d'après la propriétaire Diane Gilbert. L'incident est survenu au moment de la traite, vers 17 h 30.

Une ferme ravagée par les flammes à Saint-Henri-de-Taillon

La ferme Benoît et Diane Gilbert et fils inc., à Saint-Henri-de-Taillon, a été la proie des flammes, en début de soirée dimanche. Aucune personne n'a été blessée, mais presque toutes les vaches qui se trouvaient dans le bâtiment au moment de l'incendie sont mortes, et la ferme est une perte totale.
Selon les premières informations, ce serait un hache-paille qui serait la cause du feu. Le moteur aurait surchauffé et causé une petite explosion, d'après la propriétaire Diane Gilbert. L'incident est survenu au moment de la traite, vers 17 h 30.
« Je n'étais pas sur la ferme au moment de l'incendie, parce que je suis avec mes petits-enfants, et je n'ai que les informations préliminaires », a tenu à mentionner Mme Gilbert, lorsque jointe par Le Quotidien en soirée dimanche. Elle raconte toutefois que sur la centaine de vaches qui étaient dans l'étable, seulement huit ont pu être sauvées. Les autres ont été brûlées ou sont mortes asphyxiées.
C'est leur troupeau principal qui se trouvait dans la ferme. Leur relève n'était pas à cet endroit.
Malgré l'incendie, Diane Gilbert tente quand même de garder un état d'esprit positif. « Il n'y a pas eu de pertes humaines. Ce n'est que du matériel. On n'y peut rien. On essaie de voir du positif dans la situation malgré tout, et de prendre ça un jour à la fois », raconte-t-elle.
Ce n'est pas la première fois que la ferme de Benoît et Diane Gilbert passe au feu. Il y a 20 ans, un évènement semblable s'est produit. « Le feu, c'est un ravageur extrême. Les gens sont très sensibles à ce qu'on vit », assure Mme Gilbert.
Les policiers de la Sûreté du Québec sont également intervenus. Le travail des pompiers a en effet compliqué la circulation, et certaines personnes n'étaient pas en mesure de se rendre à leur résidence. Les policiers ont donc contrôlé la circulation pour s'assurer que tout fonctionnait le mieux possible.
Au moment de mettre sous presse, les pompiers combattaient toujours l'incendie. Il n'a donc pas été possible de leur parler.
La communauté offre son support
« On est une grande famille, j'ai quatre enfants et quatorze petits-enfants, alors beaucoup de personnes nous connaissent. Et Saint-Henri-de-Taillon est une petite communauté, on est tous très proches », mentionne Diane Gilbert.
C'est pour cette raison qu'elle n'est pas surprise que plusieurs personnes soient venues prendre de ses nouvelles dimanche soir.
« Mon agent d'assurance, avec qui on s'entend très bien, m'a appelée dès qu'il a su la nouvelle. Celui qui s'occupe de nos équipements l'été nous a contactés également. Il y a plusieurs autres agriculteurs qui nous appellent aussi », raconte-t-elle.
Le maire de la municipalité, André Paradis, s'est également déplacé sur les lieux pour constater l'étendue des dégâts. « C'est une perte totale. C'est un coup très dur pour les Gilbert. C'est l'une des fermes les plus importantes du coin », raconte-t-il.
Selon lui, la communauté montre beaucoup de compassion envers les propriétaires. « Ils sont très impliqués dans leur communauté. Tout le monde les connaît. Leur fils Pascal est l'un des conseillers municipaux. Selon moi, il va y avoir une vague de compassion dans les prochains jours », conclut-il.