Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le promoteur du Musée de la glace, Stéphane Tremblay.
Le promoteur du Musée de la glace, Stéphane Tremblay.

Une exposition extérieure à Saint-Gédéon

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Saint-Gédéon pourra compter sur toute nouvelle attraction dès janvier prochain. L’exposition extérieure Sous zéro s’y installera, et ce, directement sur les glaces du lac Saint-Jean.

C’est Stéphane Tremblay qui se cache derrière ce projet plutôt inusité. Le Musée de la glace, qui accueillera l’exposition, se veut une activité hivernale qui permettra au public de toucher à la science et à l’histoire, à partir d’un élément auquel on ne prête plus attention.

« Au Québec, on a tendance à “subir” l’hiver. C’est les bancs de neige, le grattage de vitres, la misère hivernale... Là, c’est d’avoir un regard d’émerveillement sur une réalité qui est la nôtre. C’est une partie de notre identité et ça fait partie de notre culture. Le musée amène à voir notre propre territoire dans une autre lunette », explique le promoteur.

L’exposition se présentera sous forme de panneaux explicatifs, répartis le long d’un parcours extérieur qui débutera dans le secteur de l’Auberge des îles. Tout au long du tracé d’une longueur de 2 km, le public approfondira ses connaissances à partir d’informations qui ont été recueillies par M. Tremblay lui-même au fil des ans, alors qu’il s’est intéressé à la glaciologie.

L’exposition «Sous zéro» pourrait s’installer sur la banquise du lac Saint-Jean dès le 15 janvier.

« Par exemple, j’ai découvert qu’autrefois, dans les villages, il y avait des marchands qui, en été, distribuaient des morceaux de glace avant l’arrivée du frigo. Ou bien j’ai appris qu’il n’y a pas un flocon pareil, mais ils ont des similitudes, chaque flocon a six côtés et six branches. J’ai découvert aussi que la neige n’est pas nécessairement blanche. Il y a plein de sujets surprenants comme ça qui vont être vulgarisés », raconte Stéphane Tremblay.

Celui-ci avait d’ailleurs ce projet en-tête depuis quelque temps, et il n’envisageait pas de le réaliser tout de suite. Le contexte actuel a toutefois bousculé les choses pour le promoteur.

« Je ne voulais pas le faire cette année, mais quand j’ai vu que les musées et les activités culturelles seraient fermés, je me suis dit que c’était peut-être une occasion d’accélérer le projet. Étant donné qu’il est dehors, sur la banquise du lac Saint-Jean, tu ne peux pas être plus isolé que ça. »

L’exposition plein air sera accessible à pied, en ski ou en raquettes. Afin d’assurer le respect des mesures de distanciation en vigueur, les gens seront invités à visiter le Musée de la glace sur réservation seulement, via un système d’achat en ligne.

Le tracé proposé contourne le rocher de la Baleine et traverse l’Île aux Poires.

« Ce sera un peu comme au golf. La famille réserve une heure d’entrée sur le musée, et le prochain groupe-bulle pourra suivre 10 minutes plus tard. C’est un parcours d’un peu moins que deux heures », explique M. Tremblay.

Le projet, réalisé en collaboration avec la Coop Désert de glace, se trouve actuellement sur la plateforme de sociofinancement La Ruche Saguenay, avec l’objectif de récolter 8000 $. Si la météo le permet, l’exposition « Sous zéro » du Musée de la glace pourrait s’installer sur la banquise du lac Saint-Jean dès le 15 janvier 2021.