Arvida constitue un exemple achevé des villes industrielles.

Une étape de plus

La démarche visant à désigner une partie du secteur Arvida comme site patrimonial a franchi l’avant-dernière étape, le 20 juin, avec la publication dans la Gazette officielle du projet de décret que devrait adopter le conseil des ministres dans les prochaines semaines.

Le document, fort détaillé quant à la description du périmètre désigné, fait état d’une période de consultation de 45 jours à partir du délai de publication pour toute personne intéressée à transmettre ses commentaires sur le projet de décret, après quoi le ministère de la Culture analysera les commentaires reçus afin de finaliser les documents relatifs à la déclaration.

La prochaine et dernière étape consistera à l’édiction du décret, par le conseil des ministres, officialisant ainsi la déclaration du site patrimonial d’Arvida, a indiqué Annie LeGruiec, conseillère en communication au ministère de la Culture.

Le secteur Arvida a été associé au plus important lieu de production d’aluminium au monde entre la Seconde Guerre mondiale et les années 1970, ce qui a valu à Arvida le surnom de capitale mondiale de l’aluminium. Le secteur constitue un exemple achevé et avant-gardiste des villes industrielles qui ont été planifiées au Québec à la même époque. Il comprend des secteurs résidentiels, institutionnels et commerciaux inspirés des utopies urbaines de son époque.

Anticosti
Québec a annoncé vendredi des investissements de plus de 7,5 millions $ sur l’île d’Anticosti pour aider la municipalité de préparer son dossier de candidature à l’UNESCO. Avec La Presse canadienne