À l’heure actuelle, 1500 riverains sont locataires de terrains appartenant à Rio Tinto en vertu de baux de huit ans.

Une épée de Damoclès

Le flou entourant l’avenir des terrains riverains appartenant à Rio Tinto continue de nuire au marché immobilier, constate Riverains 2000.

L’organisation, qui regroupe 35 associations de propriétaires autour du lac Saint-Jean, ne sait toujours pas si la multinationale compte continuer la location (bail) ou mettre en vente ces terrains dont la valeur frôle les 70 millions $. 

« Rio Tinto nous dit d’être patients et qu’on devrait avoir des réponses au début de 2018, mais ça traîne depuis un an. Les gens qui veulent vendre leur maison se font demander ce qu’il va arriver avec ces terrains. Les futurs acheteurs ne veulent pas payer deux fois leur terrain et c’est bien normal », pointe le président de l’organisation, Claude Duchesne.

À l’heure actuelle, 1500 riverains sont locataires de leur terrain en vertu de baux de huit ans. Il y a un an, Rio Tinto a annoncé pour la première fois qu’elle envisageait revoir sa politique immobilière, inquiétant plusieurs Jeannois, souligne par voie de communiqué Riverains 2000.

« On est dans le néant. Est-ce que Rio Tinto va nous vendre ces terrains à bon prix ? En ce moment, les riverains ont une épée de Damoclès sur la tête », insiste M. Duchesne.

En vue des futures négociations avec la multinationale, notamment pour fixer la valeur des terrains, Riverains 2000 a mis sur pied un comité composé d’une dizaine de personnes. Le regroupement proposera aussi la création d’un fonds à ses membres pour mener à bien ces pourparlers. Entre temps, l’organisation demande aux locataires de ne pas négocier à la pièce pour éviter de créer des précédents.

Jointe mardi, la porte-parole de RT, Xuân-Lan Vu, a tenu à rassurer les riverains. Ces derniers seront consultés sous peu par la multinationale.

« Comme nous l’avons mentionné l’an dernier, la politique de gestion immobilière demande une réflexion, que nous souhaitons faire avec le milieu. C’est un travail avec la communauté et nous débutons la réflexion. Nous voulons aussi rassurer les gens. Il n’y aura pas de changement à court terme. Comme nous l’avons mentionné l’an passé, le renouvellement des baux planifiés pour 2017-2018 se fera tel que prévu et selon les mêmes conditions actuelles (le bail ne change pas) », a affirmé Xuân-Lan Vu, ajoutant qu’un comité sur la gestion immobilière sera mis en place pour faire la réflexion avec des représentants du milieu.