Un projet pédagogique unissant ATM et le CFP Jonquière permettra la diffusion en direct d’une compétition culinaire sur le Web.

Une émission culinaire de 6h sur Internet

Un projet pédagogique impliquant le Cégep de Jonquière et le Centre de formation professionnelle (CFP) Jonquière permettra à des élèves en cuisine de prendre part à un défi audacieux, mardi. Dès 8 h à l’Édifice Mellon, quatre futurs chefs sélectionnés dans le cadre de la finale locale des Olympiades québécoises des métiers et des technologies seront filmés par des étudiants en postproduction télévisuelle, lesquels diffuseront une émission culinaire de six heures en direct sur Internet.

Il s’agit d’un partenariat novateur qui permettra aux futurs artisans de la télévision de s’exercer dans un cadre qui diffère de celui des spectacles et des événements sportifs qu’ils ont l’habitude de couvrir. Pour les cuisiniers en herbe, ce sera l’occasion de vivre une expérience riche en adrénaline, alors que s’adjoindra au défi de la compétition celui de devenir tête d’affiche d’une production diffusée simultanément sur Internet.

L’enseignante en production et postproduction télévisuelle Émilie Brassard était à pied d’œuvre avec ses étudiants en fin d’après-midi, lundi, afin de transformer la cuisine du CFP Mellon et le restaurant La Pomme d’Api en studio. L’unité mobile d’Art et technologies des médias (ATM) vidée de son contenu, une régie complète était en voie de devenir opérationnelle, dissimulée derrière un rideau noir au fond du restaurant. L’imposant déploiement faisait fourmiller un groupe de finissants d’ATM, qui s’assuraient de bien attacher toutes les ficelles en vue de la production de mardi.

« Il n’y aura pas de montage et tout sera filmé et diffusé en direct. C’est un gros morceau. On pourrait avoir plusieurs surprises parce qu’une émission culinaire comme ça, c’est assez différent de ce que l’on fait comme production habituellement. On essaie de se coller le plus possible au milieu du travail et de mettre les étudiants dans des situations où ils seront forcés de s’adapter et même parfois d’improviser. C’est bon pour la gestion du stress et pour la polyvalence », a fait valoir Émilie Brassard, ajoutant que 19 étudiants et sept bénévoles gravitent autour du projet pédagogique. 

S’activeront sur le plateau et dans les coulisses un animateur, des caméramans, un réalisateur et tous les membres qui forment une équipe de télévision complète. Une directrice de production, elle aussi finissante, a accueilli l’équipe du Quotidien pour les diriger vers les bons intervenants. C’est elle qui a aussi agi comme courroie de transmission entre le collège et le CFP, afin de s’assurer du bon déroulement du projet. Comme quoi tous les métiers inhérents au domaine télévisuel sont explorés dans le cadre de la formation.

Un projet pédagogique unissant ATM et le CFP Jonquière permettra la diffusion en direct d’une compétition culinaire sur le Web.
Émilie Brassard, enseignante en télévision au programme d’ATM.

Six participants 

Les six participants au défi ont été retenus au terme d’épreuves de sélection. Quatre d’entre eux ont terminé leur DEP en cuisine, mais ont amorcé une spécialisation. Chaque apprenti-chef devra concocter un menu complet de trois plats pour cinq personnes, le tout en 4 h 30. Un menu leur sera imposé, dont ils devront conserver l’essence et l’appellation. L’enseignant Louis Normand rappelle que le grand gagnant du défi culinaire représentera le Centre lors de la finale provinciale des olympiades.

« Ce sera un agréable défi pour ces candidats. C’est certain qu’ils vont ressentir de la pression d’être filmés, mais jusqu’ici, c’est une fébrilité contrôlée. Comme chefs, on est souvent sur la sellette parce que les concours culinaires se déroulent devant public. Mais avec une équipe technique et un “set up” comme ça, c’est tout nouveau », a fait valoir Louis Normand.

Quatre juges auront pour tâche de noter le travail des chefs en herbe. Jonathan Grenon de l’Auberge des Battures, Roxanne Desrosiers de l’Inter, Maxence Raymond du Bistro Café Summum de La Baie et Jean-Benoît Morin du restaurant Chez Bin déambuleront dans le studio de fortune et observeront les candidats à l’œuvre. 

« En cuisine, ce qu’on fait est éphémère et est consommé rapidement. Cette fois, on aura une trace durable du travail qui aura été réalisé par les candidats », a mis en relief Louis Normand. 

L’enseignant en cuisine Louis Normand croit que l’expérience télévisuelle sera bénéfique pour la relève culinaire.