La conseillère pédagogique du Cégep de Jonquière, Alexandra Hébert, a remporté le prix Vecteur pédagogique, la semaine dernière.

Une distinction provinciale pour Alexandra Hébert du Cégep de Jonquière

La conseillère pédagogique du Cégep de Jonquière, Alexandra Hébert, a remporté une distinction provinciale, en recevant le prix Vecteur pédagogique, remis par l’Association québécoise de pédagogie collégiale. C’est pour son implication au sein de deux projets spéciaux que la dame s’est distinguée. Si le prix était remis à un professionnel œuvrant dans un cégep régional pour une deuxième année consécutive, c’est la première fois qu’il est remis à quelqu’un du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Alexandra Hébert est conseillère pédagogique au Cégep de Jonquière depuis 10 ans. Les 12 années précédentes, elle était enseignante en histoire au même collège. Celle qui a également fait ses études à l’établissement d’enseignement jonquiérois était particulièrement fière de recevoir ce prix, qui reconnaît l’engagement et les innovations mis en œuvre pour la réussite des élèves.

Parmi ses réalisations, Alexandra Hébert a mis en place le programme Première année réussie, qui vise à identifier les étudiants de première année ayant besoin d’accompagnement particulier et à instaurer une communauté de professionnels autour d’eux, afin de développer des mécanismes permettant d’intervenir rapidement. Si Mme Hébert a mis sur pied ce projet, c’est qu’elle voyait que certains étudiants du cégep éprouvaient des difficultés à s’adapter aux réalités du collégial.

« On entend souvent les gens dire : “Il faut que tu sois autonome et que tu te débrouilles une fois au cégep“. Mais les jeunes du secondaire ne deviennent pas nécessairement des adultes en un été, entre le secondaire et le cégep. Parfois, il leur faut un coup de main et il existe une foule de services pour les étudiants. Malheureusement, souvent, les jeunes ne vont pas vers ces services alors j’ai voulu, avec les professeurs et les aides pédagogiques, remédier à la situation », explique Alexandra Hébert, lors d’une entrevue accordée au Quotidien.

Donc, dans tous les programmes du Cégep de Jonquière, des professeurs pivots ont été ciblés, et ces professeurs sont informés si un jeune présente des difficultés. Le professeur peut ainsi en communiquer avec la conseillère ou les aides pédagogiques, et ainsi encadrer davantage le jeune.

Alexandra Hébert s’est aussi intéressée aux étudiants de première génération, qui poursuivent des études supérieures, alors que leurs parents ont arrêté leur cheminement scolaire après le secondaire. Ce projet a été mis sur pied par Mme Hébert, en collaboration avec le réseau des Universités du Québec, Écobes et le Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire (CRÉPAS). Alexandra Hébert organise ainsi des tables de concertation et de réflexion en concertation avec le milieu scolaire régional, afin de mettre en lumière les défis de ces étudiants quant à la persévérance vers les études supérieures. Ses travaux permettent de mieux comprendre ces aspects déterminants pour la persévérance des étudiants, qui représentent 22 % de la clientèle collégiale au Québec.

« Je suis particulièrement fière des projets que nous avons pu mettre sur pied avec les étudiants de première génération et, plus récemment, avec le programme de Première année réussie. C’est inspirant de voir qu’on peut faire la différence dans le parcours d’un jeune grâce à la collaboration de plusieurs acteurs du milieu qui travaillent vers un objectif commun », a indiqué Mme Hébert, précisant que la collaboration entre les professionnels du Cégep de Jonquière, mais aussi avec ceux des autres établissements d’enseignement, est essentielle.

Outre ces nombreuses implications, Alexandra Hébert a également travaillé à la rédaction d’un ouvrage sur l’évaluation des compétences, tant au niveau collégial qu’universitaire.