La Sûreté du Québec a ouvert une enquête sur une deuxième agression sans justification en quelques jours à Alma.

Une deuxième agression à Alma

Une enquête a été ouverte par la Sûreté du Québec (SQ) après qu’un deuxième jeune homme ait été victime d’une attaque sans justification à Alma, survenue samedi après-midi. Il a partagé son histoire et la photo de son visage blessé sur les réseaux sociaux dans l’espoir qu’on puisse identifier son agresseur.

Hélène Nepton, porte-parole de la SQ, a confirmé lundi qu’une enquête avait été ouverte au sujet d’une agression armée survenue dans le rang Melançon. 

Il est toutefois trop tôt pour établir un lien entre cette agression armée et l’attaque dont a été victime Brendley Mattawa, a-t-elle précisé. Le hockeyeur autochtone Brendley Mattawa avait été violemment agressé la semaine dernière près de la Caisse Desjardins au centre-ville almatois. Une enquête de la SQ est d’ailleurs ouverte à ce sujet. Le jeune ne peut pas jouer avec son équipe en raison d’une grave blessure à l’oeil.

Le suspect de l’agression armée survenue samedi après-midi n’a pas été arrêté et la SQ ne compte pas diffuser d’avis de recherche pour l’instant, puisqu’un travail de terrain doit encore être réalisé pour faire progresser l’enquête. Des informations ont aussi été partagées à différents corps policiers. Bien que sa publication ait été partagée des centaines de fois sur Facebook depuis sa mise en ligne, samedi soir, la victime préfère que son identité ne soit pas révélée par Le Quotidien pour éviter que cela lui nuise professionnellement.

L’agression s’est produite samedi, vers 16h20, lorsque le jeune homme se promenait en voiture dans le rang Melançon. Il s’est stationné pour prendre l’air et envoyer des textos lorsqu’un second individu est arrivé dans un véhicule noir et rouillé, probablement un Toyota Tercel. Il voulait de la drogue.

«Le gars est sorti en disant: “As-tu de la peanut?” J’ai répondu que non. Il m’a alors dit qu’il allait prendre mon cellulaire à la place et j’ai refusé. Il s’approchait avec les poings fermés. Il a sorti un couteau et j’ai eu le réflexe de me reculer vite. Pendant que je me protégeais les yeux, j’ai senti un coup sur mon nez. J’ai donné un coup de pied en avant. Le gars est parti rapidement avec son auto en criant “Tu ne sais pas qui je suis”», a relaté en entrevue téléphonique la victime, dimanche.

Il n’y a pas eu de témoin de l’agression. Un citoyen d’Alma a cependant reconnu la description de l’individu sur les réseaux sociaux et a affirmé l’avoir vu «gelé» au dépanneur deux semaines plus tôt. Il s’agirait d’un homme d’environ 25 ans, aux cheveux assez longs pour dépasser de sa casquette et mesurant maximum 5 pieds 6. Selon la victime, il ne parlait pas avec un accent de la région, mais peut-être celui de Montréal. Il portait alors des pantalons gris-noir, une casquette et un chandail à manches longues de la marque Explicit et des chaussures blanches. Il arborait une barbe «mal entretenue» d’une semaine.

«Ça se peut que j’oublie des détails à cause de l’adrénaline», mentionne celui qui a hérité d’une bonne frousse et de contusions au visage. Il s’est rendu à l’hôpital où il a reçu des calmants et a livré sa déposition à un policier de la SQ. «Je voulais surtout vérifier que j’étais correct. Je pensais que mon nez était cassé, mais ça va.» 

«Le policier m’a dit que c’était peut-être lié à l’histoire du jeune autochtone de la semaine passée», a évoqué la deuxième victime.