Une demande de contribution fait réagir

Un mémo envoyé aux parents d’enfants qui fréquentent les écoles Notre-Dame et Des Jolis-Prés, à Laterrière, fait réagir. Une contribution volontaire est demandée pour la participation des élèves au projet d’école de cirque. Sans cette cotisation suggérée de 50 $, il est indiqué que les écoliers seront affectés « à d’autres services éducatifs ».

Or, ce type de demande est illégal, en vertu d’un jugement de la cour tombé au courant de l’été, dans la foulée du dépôt d’un recours collectif initié par une mère de Jonquière. Les 68 commissions scolaires du Québec ont été sommées de payer 153 millions $ aux parents, après leur avoir demandé d’acheter du matériel qu’ils n’avaient pas à fournir et pour avoir chargé des frais allant à l’encontre du principe de gratuité imposé par la Loi sur l’instruction publique. Des milliers de parents, dont les enfants ont fréquenté une école québécoise publique entre 2011 et 2017, recevront donc un chèque au printemps 2019. Une directive ministérielle a d’ailleurs été émise en juin, laquelle stipule qu’aucun frais ne peut être chargé pour ce type de programme. 

« Il doit y avoir une subtilité que je ne comprends pas. Contribution volontaire, mais si je ne contribue pas, mon enfant ne fait pas de cirque. Ça m’a plutôt l’air obligatoire comme cotisation. Ce qui m’amène à me poser des questions. Montant suggéré de 50 $. Si je donne 25 $, est-ce qu’il aura droit à la moitié des semaines de cirque ? Puis les autres services éducatifs, c’est d’envoyer l’enfant dans une autre classe pendant que la sienne est en atelier ? », s’est questionnée sur Facebook la maman d’un enfant qui fréquente l’établissement. 

Les parents des élèves qui fréquentent les écoles Notre-Dame et Des Jolis-Prés, à Laterrière, ont reçu un mémo réclamant une contribution financière pour les activités de l’école de cirque, ce qui est illégal en vertu d’une récente directive du ministère de l’Éducation. La direction de l’école a dû corriger le tir en acheminant un nouveau message aux parents en après-midi.

Lorsque Le Quotidien a joint la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay mardi pour obtenir l’heure juste, la porte-parole, Claudie Fortin, était au fait du dossier. Elle a convenu que le mémo n’aurait pas dû être rédigé de cette façon et que l’école ne peut, en effet, demander aux parents de financer l’École de cirque, le projet éducatif de l’établissement. Notre-Dame est fréquentée par des élèves de la maternelle jusqu’à la deuxième année, tandis que Des Jolis-Prés reçoit les jeunes de la troisième à la sixième. Les deux écoles offrent les activités de cirque.

« C’est une mauvaise formulation et le mémo n’aurait pas dû être envoyé tel quel. Les parents peuvent verser une contribution volontaire s’ils le souhaitent, mais même sans contribution, l’enfant pourra tout de même participer aux activités de l’École de cirque. Il va falloir repenser le financement en raison de la nouvelle directive ministérielle, mais le délai était trop court pour que l’on puisse se pencher sur le sujet », a expliqué Claudie Fortin. 

Aucune plainte formelle n’a été soumise au Secrétariat général de la commission scolaire ni à l’école. 

Un nouveau message a été envoyé aux parents par courriel en milieu d’après-midi, mardi, précisant que les contributions permettant de financer le cirque-école sont les bienvenues, mais qu’elles ne sont pas obligatoires.