Construit en 1932, l’hôtel de ville de Kénogami est en bien mauvais état. D’ici à la fin de l’année, la Ville devra statuer sur son avenir.

Une décision cette année

D’ici à la fin de l’année, Saguenay entend statuer sur l’avenir de l’ancien hôtel de ville de Kénogami.

L’immeuble, considérablement affaibli par le passage du temps, a dû subir des travaux importants au cours des dernières années. Or, beaucoup plus d’argent devra être injecté pour en assurer la pérennité, si tel est le souhait de la Ville. C’est précisément sur cette question que les élus de Saguenay devront bientôt statuer.

« C’est l’un des sujets prioritaires. Il va falloir prendre une décision avant la fin de 2018. Est-ce qu’on a des orientations, je ne peux pas m’avancer sur rien pour l’instant. Oui, il y a une décision à prendre et oui, il faut la prendre cette année », a commenté le conseiller municipal responsable de ce secteur, Michel Thiffault.

Par le passé, il a été question de regrouper des écoles de danse dans l’enceinte de l’immeuble, au coût de plusieurs millions de dollars. L’apport du gouvernement fédéral était d’ailleurs acquis. Toutefois, le projet est mort dans l’oeuf après le départ de l’ancien député conservateur Jean-Pierre Blackburn. L’état lamentable du bâtiment a plus tard forcé l’éviction du Prisme culturel, qui a été relogé dans un pavillon du Cégep de Jonquière. Un mur porteur de l’édifice a dû être solidifié en urgence et des plafonds menaçaient de s’effondrer. L’ex-conseiller municipal de Kénogami, Claude Tremblay, a accompagné des promoteurs privés désireux de visiter le bâtiment dans le cadre de divers projets de relance. Aucun d’entre eux ne s’est concrétisé.