Treize oeufs dorés ont été accrochés dans un quartier de Saguenay afin de créer une chasse aux oeufs de Pâques pour les résidants du quartier. Les oeufs peuvent être facilement identifiés en marchant dans la rue.
Treize oeufs dorés ont été accrochés dans un quartier de Saguenay afin de créer une chasse aux oeufs de Pâques pour les résidants du quartier. Les oeufs peuvent être facilement identifiés en marchant dans la rue.

Une chasse aux oeufs de Pâques adaptée à la COVID-19 à Saguenay

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Un père de famille d’un quartier de Saguenay a voulu divertir les enfants du secteur en organisant une chasse aux oeufs de Pâques adaptée aux mesures de distanciation sociale liées à la COVID-19, en accrochant des oeufs dorés qui peuvent être facilement identifiés en marchant dans la rue.

Michel Racine et sa conjointe cherchaient une façon, la fin de semaine dernière, d’organiser pour leurs trois enfants la traditionnelle chasse aux oeufs qu’ils leur réservent habituellement.

Voulant que l’activité ait lieu à l’extérieur sans que les enfants aient à manipuler plusieurs objets, le père de famille s’est finalement retrouvé à acheter des oeufs en plastique dorés au Dollarama et à les accrocher dans différents endroits du quartier.

« Les enfants sont venus avec nous autres accrocher ça dans le quartier et ils ont fait des pancartes avec de la peinture », a raconté en entrevue celui qui est étonné par l’intérêt que la chasse aux oeufs suscite depuis quelques jours, autant auprès des jeunes que des moins jeunes.

Les marcheurs et automobilistes du quartier sont invités à noter l’emplacement des 13 oeufs dorés ou à les prendre en photo et à faire parvenir le tout en ligne aux organisateurs. Un tirage au sort sera fait parmi les participants, dimanche, et le gagnant méritera une figurine en chocolat.

Michel Racine souligne que les résidants du quartier participent à l’activité à différentes heures de la journée et que les règles de distanciation sociale sont respectées.

« Les gens n’ont pas de difficulté à les trouver, le but ce n’est pas de les faire chercher, juste de les faire marcher, finalement », partage celui qui a reçu plusieurs commentaires positifs de parents qui ont particulièrement apprécié leur marche quotidienne avec leurs enfants dans le secteur.

Limiter les déplacements

Le Quotidien a choisi ne pas publier le nom du quartier où l’activité est organisée, afin d’éviter des déplacements de personnes n’habitant pas le secteur. Rappelons que la Santé publique demande actuellement de limiter tout déplacement non essentiel et que les rassemblements intérieurs et extérieurs sont interdits pendant cette période de pandémie.

Toute personne qui enfreint la Loi sur la santé publique peut recevoir une contravention des policiers assortie d’une amende de 1000 $, accompagnée de frais de plus de 500 $.

PHOTO LE QUOTIDIEN, ROCKET LAVOIE