La nouvelle mairesse de Saguenay, Josée Néron

Une bonne note dans les trois arrondissements

La chef de l’Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, n’est pas que la mairesse de Chicoutimi. Elle a réussi à coiffer ses trois adversaires dans 11 districts électoraux des arrondissements de Chicoutimi et Jonquière et a obtenu une seconde position à La Baie alors que tous les analystes avaient prédit un partage des votes entre l’indépendant Arthur Gobeil et Dominic Gagnon du Parti des citoyens de Saguenay.

C’est ce qui se dégage d’une analyse détaillée du dépouillement des 291 boîtes de scrutin, 103 bureaux de vote par anticipation et 11 bureaux de vote itinérants. Josée Néron a obtenu 49,42 % du vote exprimé pour se situer à l’intérieur de la marge d’erreur du sondage Segma recherche pour le compte du Quotidien et KYK 95,7 Radio X publié quelques jours avant l’ouverture des bureaux de scrutin.

De son côté, le candidat indépendant Jean-Pierre Blackburn est parvenu à remporter le district numéro 3 situé à l’ouest de Jonquière pendant qu’Arthur Gobeil remportait les trois districts de la Baie. Le candidat du PCS Dominic Gagnon a dû se contenter de la dernière place dans les 15 arrondissements de Saguenay, et ce, même dans des endroits où des candidats de sa formation politique ont terminé au second rang.

Josée Néron a fait le plein de votes dans l’arrondissement de Chicoutimi alors qu’elle a terminé la soirée avec 54,88 % des voix exprimées ou 16 326 votes sur un total de 29 745. Les districts remportés par les trois seuls candidats de l’ERD élus lors de ce scrutin ont fourni à la mairesse les plus fortes majorités de tout le territoire de Saguenay.

Dans le district numéro 10, remporté par le candidat Marc Bouchard, qui était représenté par Mme Néron au cours des quatre dernières années, les électeurs ont appuyé la chef de l’ERD dans une proportion de 62,5 % alors que le parti du maire sortant Jean Tremblay y présentait Guylaine Vézina, l’une de ses candidates vedettes qui avait été pressentie pour la mairie.

La seconde majorité à la mairie pour l’ERD a été obtenue dans le district 10 de la candidate Brigitte Bergeron, une fonctionnaire à la retraite de Revenu Canada. Cette dernière, peu connue du grand public avant le déclenchement des élections, a permis à la mairesse Josée Néron de compléter la soirée avec une majorité très confortable de 54,7 %.

La troisième plus importante majorité a été obtenue dans le district 11 où le candidat à l’échevinage Michel Potvin a réussi à faire fi d’un nouveau découpage électoral et à contrer le candidat et conseiller sortant Luc Blackburn qui avait le contrôle de tout le secteur Laterrière. Dans ce district, Josée Néron a complété la soirée avec une majorité de 54,8 % des votes. Il faut noter que ce district électoral est le seul à l’extérieur de La Baie où Arthur Gobeil, dont la famille est répartie sur la frontière des deux arrondissements (Chicoutimi et La Baie), a dépassé les 1000 votes.

En politique, les châteaux forts sont toujours constitués à partir d’un petit bastion. Il faudra désormais considérer que celui de Josée Néron est composé à la base des districts 10, 11 et 12 de l’arrondissement de Chicoutimi, qui forment un noyau à partir du centre de l’arrondissement jusqu’à la limite Est, incluant le nord avec toute la zone de Laterrière.

La plus faible majorité de la mairesse dans l’arrondissement de Chicoutimi a été obtenue dans le district électoral numéro 8 alors qu’elle a recueilli 50,6 % du vote, dépassant légèrement la majorité absolue. Il s’agit du district électoral à cheval sur les rives nord et sud du Saguenay qui a été remporté par le conseiller indépendant Simon-Olivier Côté.

Dans l’arrondissement de Chicoutimi, le candidat Blackburn est à peine parvenu à devancer Arthur Gobeil avec 18,5 % du vote contre 17,01 % pour le comptable baieriverain. La défaite a par ailleurs été cuisante pour le Parti des citoyens de Saguenay alors que Dominic Gagnon n’a récolté que 7,8 % des votes. Le conseiller du district 9 Michel Tremblay a été le seul de cette formation politique à se faire élire.

Malgré la présence de Jean-Pierre Blackburn, la nouvelle mairesse a dominé dans Jonquière

Jean-Pierre Blackburn n’aura finalement pas réussi à contrer le vent favorable de celle que l’on faisait passer pour la candidate de Chicoutimi, Josée Néron. Il a fini la soirée de dimanche avec un écart de 8,2 % derrière la chef de l’ERD dans l’arrondissement de Jonquière pendant que cette dernière y complétait la campagne à seulement 3,2 % d’une majorité absolue.

L’ancien ministre conservateur a pourtant sorti l’artillerie lourde pendant les deux dernières semaines de la campagne électorale. Il a concentré ses activités dans son fief en répétant que l’arrondissement avait été l’enfant pauvre de la grande fusion municipale. Cette rhétorique n’a visiblement pas séduit l’électorat puisque le candidat qui avait quitté le parti du maire Jean Tremblay n’a obtenu la victoire que dans le district 3, où il habite avec 1723 votes contre 1569 pour Josée Néron.

Il faut noter que Jean-Pierre Blackburn n’est pas parvenu à dépasser le cap des 2000 votes dans un seul arrondissement de Jonquière, où 27 007 personnes ont visité les bureaux de scrutin. Josée Néron a obtenu 46,8 % des appuis pendant que Jean-Pierre Blackburn récoltait 38,6 % des votes. Loin de son fief de La Baie, Arthur Gobeil y a tout de même recueilli 8,6 % des votes, encore mieux que le chef du PCS Dominic Gagnon (4,3 %).

Pendant toute la campagne électorale, les organisateurs politiques évoquaient la popularité de la chef de l’ERD dans le secteur d’Arvida. Le résultat du vote a confirmé cette perception alors qu’elle a recueilli respectivement 2595 et 2302 votes dans les districts 5 et 6.

L’arrondissement numéro 1, qui comprenait Lac-Kénogami représenté pendant le dernier mandat par Christine Boivin de l’ERD, a donné à Josée Néron son troisième meilleur résultat pour l’arrondissement avec 2192 votes.

Carl Dufour

La seconde conclusion qu’il faut tirer de l’analyse des résultats de l’élection dans l’arrondissement de Jonquière – et même pour tous les arrondissements – est le phénomène Carl Dufour qui effectuait un deuxième mandat. Le conseiller d’Arvida a vu son engagement reconnu par les citoyens alors qu’il a obtenu la plus importante majorité parmi tous les conseillers municipaux élus dimanche. Les 4000 votes récoltés sont ce qu’il est convenu d’appeler un tsunami politique avec 76,78 % des voix.

Le traitement réservé par le maire sortant Jean Tremblay au conseiller Dufour, exclu des conférences de presse, n’aura eu aucun impact sur les résultats.

La Baie

Des deux candidats locaux, les électeurs de La Baie auront finalement choisi l’indépendant plutôt que celui du PCS pour la mairie malgré l’aménagement du site d’accueil des bateaux de croisière qui a transformé la zone de Bagotville. La bataille Gobeil-Gagnon n’a finalement jamais eu lieu puisque dans cet arrondissement où il oeuvre comme médecin d’urgence, Dominic Gagnon a réalisé sa deuxième pire performance de l’élection avec 5,1 % du vote exprimé. Arthur Gobeil a de son côté transformé en bulletins de vote la crédibilité dont il jouit dans cette partie de la ville de Saguenay. Il a coiffé les trois autres candidats avec 44,3 % du vote alors que Josée Néron finissait la soirée avec 32,7 % des appuis et Jean-Pierre Blackburn 16,8 %.

Dans l’arrondissement de La Baie, où le PCS a été rayé de la carte avec la démission de Luc Boivin, 8173 électeurs ont visité les bureaux de vote. S’il n’avait pas démissionné, sa victoire n’était pas acquise puisque même en lui accordant tous les bulletins rejetés pour le vote par anticipation, il était au coude à coude avec Éric Simard.