Des pancartes indiquent clairement qu’une bleuetière se situe à cet endroit.

Une bleuetière ravagée par des motoneigistes

Des motoneigistes ont pris la bleuetière de Paul-Eugène Grenon pour un terrain de jeu, vendredi dernier. L’homme, qui est copropriétaire de la Ferme forestière Paul Grenon, à Saint-David-de-Falardeau, a eu la mauvaise surprise de voir ses champs ravagés et songe maintenant à bloquer les droits d’accès qu’il offre aux motoneigistes depuis des années.

Le sentier 358 passe sur trois des lots de Paul-Eugène Grenon. Samedi, lorsqu’il est allé faire une petite promenade près de ses champs de bleuets, l’homme a constaté que des motoneigistes s’étaient amusés au-delà des sentiers.

Paul-Eugène Grenon a eu une mauvaise surprise, samedi matin, en voyant l’état de ses champs.

« Je n’appelle pas ça de l’amusement, j’appelle ça de la destruction. Ça arrive toujours que certains s’aventurent un peu hors des sentiers, mais des ravages comme ça, c’est bien la première fois que ça m’arrive. Je suis moi-même motoneigiste et ça me fait plaisir d’ouvrir mes terres pour que les sentiers passent, mais je ne pense pas que ceux qui ont détruit mes champs trouveraient ça bien drôle que j’aille sur leur propre terrain avec ma machinerie agricole », a affirmé M. Grenon, lorsque rencontré à son domicile, lundi.

« Ils ont vraiment circulé beaucoup dans la bleuetière, ils ont fait des “huit” avec leur machine et ils ont creusé profondément. J’ai des systèmes d’irrigation avec des gicleurs et des tuyaux. J’ai bien hâte de voir ce printemps s’il y a des dommages. À certains endroits, on voit même les têtes des plants de bleuets. Il y a aussi des plants d’épices boréales qui ont été détruits », affirme l’homme, qui a lâché un coup de fil au Club Caribou-Conscrits pour partager sa mésaventure.

« Le président m’a dit qu’il viendrait mardi pour renforcer le balisage. Mais ce n’est pas vraiment ça le problème, puisque c’est clairement indiqué qu’il s’agit d’une bleuetière et qu’on doit rester dans les sentiers. C’est sûr qu’avec des problèmes comme ça, on se questionne sur les droits d’accès qu’on donne. Je ne veux pas les bloquer, je suis moi-même un motoneigiste, mais je ne veux pas être pénalisé non plus », a ajouté M. Grenon.

« Pour le moment, je ne bloque rien, mais l’an prochain, on va voir », a-t-il ajouté

« Droit de passage fragile »

Le président du Club Caribou-Conscrits, Joachim Simard, assure que le balisage dans le secteur sera renforcé. « Nous irons dès demain (mardi) pour installer des pancartes “Droits de passage fragiles”, pour indiquer qu’on pourrait bien perdre cet accès. Des pancartes informant que des amendes allant de 250 $ à 500 $ peuvent être remises à ceux qui vont dans les champs seront aussi installées. Des droits d’accès, c’est important et il faut les respecter. Si les motoneigistes veulent faire du hors-piste, qu’ils aillent dans le bois », a affirmé M. Simard.

Le président a ajouté qu’une autre solution pourrait être envisagée, soit l’installation de clôtures autour des champs. « Il y a deux propriétaires, soit Paul-Eugène Grenon et un voisin, qui ne sont pas clôturés et on pourrait en installer, ce qui réglerait le problème pour de bon. Mais pour ça, il faut avoir des subventions et il faut se prendre au moins un an d’avance », a ajouté Joachim Simard, qui appelle les motoneigistes à la civilité.