Les modèles passaient sur la chaise des coiffeuses et des maquilleuses, juste avant de se faire photographier.

Une belle récolte de 40 000$

Quatre-vingts photographes aux quatre coins du Québec. Plus de 40 000 $ amassés. Des centaines de femmes photographiées. Voilà le défi que s'était lancé la photographe du Saguenay Marilyn Bouchard, qui souhaitait récolter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein. Un colossal défi que la propriétaire de Pigment b a relevé, dimanche.
La photographe de Pigment b, Marilyn Bouchard, a eu la tâche de photographier quelque 150 femmes, dimanche, à son studio de Jonquière. Elle est derrière le mouvement « Une pose pour le rose ».
Marilyn Bouchard a toujours eu la santé de la femme à coeur. L'idée de faire quelque chose de spécial pour la cause lui trottait dans la tête depuis un certain temps et c'est en lançant « Une pose pour le rose » qu'elle l'a concrétisé. 
« J'avais l'objectif de photographier 100 femmes et d'amasser 3000 $. Mais j'ai eu l'idée d'inviter des photographes de partout au Québec à faire la même chose dans leur coin de pays en même temps que moi. Il y a en eu 80 qui ont répondu à l'invitation. Des photographes de Montréal, Québec, Granby et d'un peu partout ont participé, en photographiant des femmes de leur coin. Je suis vraiment très contente ! En tout, nous allons pouvoir remettre autour de 40 000 $ », a lancé la photographe, lorsque rencontrée à son studio de Jonquière, dimanche.
Le studio s'était d'ailleurs transformé en véritable fourmilière, alors que les dames attendaient leur tour en se faisait maquiller et coiffer. « Quand j'ai entendu parler de ça, je me suis tout de suite inscrite. C'est vraiment une très bonne idée », a affirmé Louise Dunn, qui promet de revenir l'an prochain s'il y a une seconde édition de l'événement. 
Les femmes photographiées devaient débourser 20 $ pour un portrait. Pour les survivantes du cancer ou celles qui le combattent actuellement, la photo était une gracieuseté de Marilyn Bouchard. Tout l'argent amassé ira directement à la cause du cancer du sein. 
« Je voulais faire ma part tout en me lançant un défi de photographe. C'est évidemment beaucoup de travail, mais c'est tellement important », a noté la photographe, entre deux modèles. 
Lucie Leclerc avait entendu parler du projet par une collègue de son conjoint. La dame a dû subir des traitements de radiothérapie à l'automne, lorsqu'on lui a diagnostiqué un cancer du sein. Aujourd'hui, elle se porte bien, mais elle souhaitait faire sa part. « On m'a diagnostiqué un cancer lors de ma mammographie de routine. J'ai été chanceuse dans ma malchance, puisque j'ai été prise très tôt et les soins ont été exceptionnels et le personnel très respectueux », a indiqué Lucie Leclerc, saluant au passage l'initiative de Marilyn Bouchard. 
Au cours de la journée de dimanche, la photographe aura accueilli pas moins de 150 femmes dans son studio de la rue de l'Énergie.