Seulement trois ans après son ouverture, la Maison Jean-Eudes Bergeron d'Alma fermera ses portes en raison d'un manque de financement.

Une autre rencontre pour sauver la Maison Jean-Eudes Bergeron

Les attentes sont élevées à l'égard de Québec dans le dossier entourant la survie de la résidence Jean-Eudes Bergeron d'Alma.
Des administrateurs de la maison qui accueille des personnes lourdement handicapées et le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, entendent marteler leur message à l'occasion d'une nouvelle rencontre qui aura lieu à Québec, jeudi après-midi, avec la ministre déléguée à la réadaptation Lucie Charlebois.
« Ça prend des solutions permanentes. Il ne faut pas juste mettre un ''plasteur'' sur le bobo. Le gouvernement doit reconnaître la situation des résidants à sa juste valeur et le financement doit suivre », a mentionné le député au Quotidien.
À la fin avril, ce n'est pas de gaieté de coeur que la Coopérative de services à domicile de Lac-Saint-Jean-Est a annoncé la fermeture de cette ressource, forçant ainsi le transfert de la vingtaine d'usagers vers d'autres organisations. La résidence doit composer avec un déficit d'opération qui s'élève à 200 000$.
Le député Cloutier considère que la facture liée à la relocalisation des usagers serait beaucoup plus salée qu'un rehaussement du budget qui est alloué à la Coop.
« Les grilles de cotation ne reconnaissent pas à leur juste valeur les besoins de cette lourde clientèle. La ministre doit collaborer. Il est hors de question d'accepter un transfert dans des CHSLD », a poursuivi M. Cloutier.
Le 10 mai dernier, le député péquiste a remis en main propre une missive au premier ministre Philippe Couillard, à l'intérieur de laquelle il lui demande d'intervenir. Dans sa correspondance, il rappelle que cette maison a vu le jour en 2014 à la suite d'un appel d'offres émis par le CSSS Lac-Saint-Jean-Est et remporté par la Coopérative de services à domicile Lac-Saint-Jean-Est qui dessert 1200 clients à domicile et en résidence privée pour aînés.