Le directeur général de l'Expo agricole de Chicoutimi Louis-Joseph Jean estime qu'il s'agit d'une «année record».

Une année record

L'Expo agricole de Chicoutimi se dirige vers une année record pour sa 95e édition, autant sur le plan de la participation des éleveurs que des 50 000 visiteurs estimés.
Le directeur général Louis-Joseph Jean assure qu'il s'agit d'une «année merveilleuse», lui qui a même pris des risques en ajustant la prime donnée aux producteurs pour compenser la perte de lait de leurs vaches exposées. «C'était un bon coup. On n'a jamais vu autant de bêtes adultes, il y en avait même plus que le jeune bétail», s'enthousiasme-t-il. Les éleveurs, qui étaient environ une soixantaine, ont bien répondu à l'appel.
M. Jean avoue aussi avoir «joué [ses] quatre as» en invitant Atchoum le clown pour un spectacle gratuit les mercredi et jeudi matins. «Ça a attiré des spectateurs qui ne viennent jamais à l'Expo. Quand un enfant veut voir Atchoum, les parents sont obligés de plier!», plaisante-t-il en évaluant l'assistance à 2000 personnes.
«L'espace qu'on avait prévu ne suffisait plus», poursuit le directeur général. Cette affluence s'est aussi reflétée à la petite ferme, où la file d'attente a pris des allures gigantesques, au grand étonnement des responsables.
Météo favorable
Contre toute attente, le temps incertain a favorisé l'achalandage. «La pluie, ça fait notre affaire. En matinée, il pleuvait, donc les gens ne se prévoyaient rien. Quand il commençait à faire beau, ça les incitait à sortir, explique Louis-Joseph Jean. C'était juste assez frais pour qu'ils ne restent pas dans leur piscine!»
C'est le cas de la journée de samedi, où l'organisateur ne comprend pas ce qui s'est passé, tellement il y avait de monde. Le stationnement de l'université réussit à combler les besoins, mais M. Jean envisage une navette pour les prochaines éditions. «Les citadins aiment toujours nous visiter, et ça permet aux enfants de voir autre chose que des dessins animés.»
Celui qui a visité près de 30 expositions dans la province estime que celle de Chicoutimi possède l'un des plus beaux pavillons en milieu urbain. Il présente les vaches qui y séjournent avec fierté. «Elles ont eu leur jugement la veille, là elles sont bien heureuses de se reposer», commente-t-il en montrant les bêtes couchées dans le foin.
En nouveauté pour cette édition, les participants pouvaient observer la toilette des vaches avant qu'elles passent devant le juge. Les fermes Trésy de Shipshaw et Nomade Holstein de Val-Bélair ont vu leur bête être couronnée grande championne. Les compétitions équestres ont aussi été très populaires.