C'est sur ce terrain, situé entre le salon funéraire Gravel et fils et le Centre Georges-Vézina, que sera érigé le complexe de l'OMH.

Une alternative aux logis insalubres à Saguenay

Le dépôt par l'Office municipal d'habitation de Saguenay du projet « Les Habitations du parc » auprès de la Société d'habitation du Québec (SHQ) réjouit Sylvie Jean, directrice générale de l'Association pour le développement de la personne handicapée intellectuelle du Saguenay (ADHIS), qui voit dans ce projet de construction de 105 logements, dont 40 % réservés à des personnes ayant une déficience intellectuelle, une alternative aux logements insalubres pour cette dernière clientèle.
Le projet de 15 millions $ déposé dans le cadre du programme Accès Logis aux fins d'analyse a été initié à l'origine par l'ADHIS, explique Mme Jean. « Il y a plusieurs années, on a constaté que la clientèle qui vit avec une déficience intellectuelle n'avait pas beaucoup de services. Ce sont des gens qui habitent souvent dans des loyers insalubres, qui sont influençables et sans défense et qui ne sont pas toujours encadrés par des membres de leur famille », explique Mme Jean.
Étant donné que ces personnes fréquentent l'école ensemble jusqu'à l'âge de 21 ans ainsi que des plateaux de travail et des loisirs communs, il était impensable de disperser ces personnes à travers la ville. L'approche que nous avons développée à l'époque avec l'OMH, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle du Saguenay (CRDI) , le CLCS et le Centre de réadaptation en déficience physique (CRDP) a été d'accorder un bloc pour cette clientèle aux appartements des Jonquilles de Jonquière après dix années de travail.
Malgré les préjugés toujours présents, il a été démontré que les personnes qui y vivaient étaient respectueuses des lieux et fonctionnaient normalement avec un minimum d'encadrement. « Nous espérons avoir quelque chose de semblable pour une clientèle dont les parents veulent demeurer près d'eux ». Mme Jean ajoute que les personnes avec déficiences intellectuelles ne sont pas toutes issues de milieux défavorisés. « Pour la majorité de cette clienlète, les parents sont au travail et propriétaires de leur maison. Certains se font vieillissants et doivent envisager leur avenir et celui de leur enfant. Ils souhaitent vieillir avec la conscience tranquille et avoir une option supplémentaire. »
L'une des lacunes pour ces personnes est souvent reliée à la préparation des repas. C'est pourquoi, en collaboration avec le CIUSS, des services spécialisés seront dispensés en fonction des caractéristiques de la clientèle. De la surveillance 24 heures, des services d'éducation spécialisée - dispensés via le programme Adaptation et réadaptation à la personne - ainsi que des services de soutien à domicile sont prévus, ce qui devrait faire d'Habitation du parc un projet unique au Québec, selon Mme Jean.
Interrogée sur les chances que le projet puisse être adopté tel quel par la SHQ, Mme Jean affirme qu'il a reçu l'approbation du CRDI et du CRDP, de la Fondation Jean Allard, du CLSC de Chicoutimi, de Saguenay et du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean en plus de l'OMH. 
« On n'a pas d'assurance que le projet sera accepté tel que déposé, mais il s'inscrit dans les nouvelles orientations du ministère pour l'offre de services aux personnes vivant avec un handicap.
Le nouveau complexe devrait être érigé sur un terrain acquis par Saguenay situé entre le Centre Georges-Vézina et le salon funéraire Gravel et fils.