Une 5e conduite en état d'ébriété pour Roger Bouchard

Les accusations, le temps passé derrière les barreaux et la perte de son permis de conduire ne semblent pas assez dissuasifs pour que Roger Bouchard cesse de prendre le volant en état d’ébriété.

L’homme de 53 ans a plaidé coupable vendredi matin à un cinquième dossier de conduite avec les facultés affaiblies.

Le 30 juin 2017, Bouchard, du rang 2 est à Bégin, circule à seulement 40 kilomètres à l’heure dans une zone de 80 km/h, ce qui attire l’attention des policiers.

Alors que ceux-ci prennent des notes sur sa conduite erratique et s’apprêtent à l’arrêter, Bouchard a failli causer un face-à-face avec la voiture de patrouille tellement sa conduite était dangereuse.

Intercepté et mis en état d’arrestation, Bouchard a présenté des taux d’alcool de .236 et de .225, près du triple de la limite permise par la loi, qui est de 80 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang (.08).

À sa dernière condamnation, en 2014, Bouchard avait dû effectuer une sentence de 60 jours de prison et il avait plaidé coupable à deux accusations de facultés affaiblies.

« Je vais déposer un avis de récidive », a mentionné Me Jean-Sébastien Lebel, procureur de la Couronne, signifiant ainsi qu’une peine minimale de 120 jours de détention ou quatre mois s’appliquera à l’accusé.

Me Pierre Gagnon, en défense, a demandé la confection d’un rapport présentenciel en raison de la reprise en main de son client.

Il a notamment suivi une thérapie depuis le dernier événement.

Les représentations sur sentence auront lieu le 23 janvier.

Et à cette date, un autre dossier de conduite avec les facultés affaiblies concernant Bouchard pourrait être discuté devant le tribunal. L’accusé avait été arrêté en avril 2017 avec des taux de .59 et de .65, mais semblait avoir les capacités affaiblies.