Le nouveau sentier est autant accessible par l’acceuil du parc de la rue des Roitelets que par la rue Saint-Timothée, dans le quartier Rivière-du-Moulin, où un stationnement a été aménagé. Une portion du sentier débouche aussi sur la rue Blanchard, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

Un vrai petit bijou

CHRONIQUE / Il n’est peut-être pas tout à fait terminé et ne figure toujours pas sur les cartes de randonnée, mais le nouveau sentier du parc de la Rivière-du-Moulin, à Chicoutimi, attire déjà son lot de marcheurs, de coureurs et de cyclistes depuis quelques semaines. Une vraie petite merveille en plein coeur de la ville, que j’ai découverte il y a quelques jours. Enfilez vos espadrilles et attraper votre appareil photo, le détour en vaut la peine. C’est gratuit et ce n’est qu’à deux pas de la civilisation.

Mardi, 11 h. Je me stationne au pavillon d’accueil du parc de la Rivière-du-Moulin. Ça fait quelques semaines que je vois la passerelle de bois qui permet aux randonneurs de traverser le boulevard de l’Université, entre Talbot et Saint-Jean-Baptiste. Je ne sais pas ce que j’attendais pour m’y aventurer, moi qui suis déjà une adepte du parc depuis longtemps.

Les chutes de la rivière du Moulin embellissent les sentiers.

À l’accueil, situé sur la rue des Roitelets, on m’explique quel sentier emprunter pour découvrir les nouvelles installations, qui permettent aux visiteurs de se rendre jusqu’au quartier Rivière-du-Moulin, plus précisément sur la rue Saint-Timothée. Un peu plus de huit kilomètres, si on décide de le faire aller et retour. Mais plusieurs avenues s’offrent aux randonneurs.

« Des 2000 questions qu’on me pose, 1998 concernent le nouveau sentier ! », lance la dame rencontrée à l’accueil du parc. Nul doute, le nouveau sentier suscite un réel engouement.

Coureurs et marcheurs empruntent le nouveau sentier depuis quelques semaines déjà.

Premièrement, si vous voulez faire comme moi, rendez-vous à l’accueil du parc et empruntez le sentier des Chutes, qui vous mènera vers la nouvelle portion du sentier. Les habitués ne seront pas dépaysés sur les premiers kilomètres, puisque le « grand nouveau » est situé à environ deux kilomètres de l’accueil. J’ai toutefois bifurqué dans le sentier des Moulins pour admirer les chutes qui se dévoilent tout au long du petit sentier. Cette portion longe la rivière du Moulin depuis belle lurette, mais est un peu moins accessible et surtout moins connue du grand public.

Cette escapade aux chutes m’a ajouté une boucle de trois kilomètres, ce qui fait en sorte que j’ai terminé ma randonnée avec 11,2 kilomètres au compteur.

Revenons toutefois au sentier des Chutes, qui se poursuit donc jusqu’au boulevard de l’Université, où le randonneur traversera la rivière grâce à l’immense passerelle construite au cours de la dernière année. La randonnée se poursuivra donc jusqu’à la rue Saint-Thimothée.

Si vous préférez découvrir seulement la nouvelle partie du sentier, vous pouvez le prendre directement à partir du quartier Rivière-du-Moulin, où un stationnement a d’ailleurs été aménagé au bout de la rue Saint-Thimothée.

Les chutes de la rivière du Moulin embellissent les sentiers.

De cette entrée et jusqu’au boulevard de l’Université, comptez environ quatre kilomètres, aller et retour. Le sentier, large et ensoleillé, offre des points de vue assez magnifiques sur la rivière du Moulin et sur ses quelques cascades. Les passerelles de bois ont été construites afin que les cyclistes puissent également s’y balader, elles sont donc d’une largeur appréciable.

Une autre option s’offre aux visiteurs. Après avoir traversé de l’autre côté du boulevard de l’Université, à partir de l’accueil du parc, vous pouvez décider d’emprunter la passerelle vers la gauche, afin de vous rendre jusqu’au quartier Notre-Dame-de-Grâce, plus précisément sur la rue Blanchard.

Coureurs et marcheurs empruntent le nouveau sentier depuis quelques semaines déjà.

La nature offrant un nouveau spectacle chaque jour, n’économisez pas les sorties. De plus, des travailleurs s’affairent présentement à reboiser certains secteurs. Le nouveau sentier risque donc d’embellir en vieillissant.