Le palais de justice de Chicoutimi

Un voleur de 72 ans en fin de carrière

Le septuagénaire Joseph-André Lelièvre a signé ses 23e et 24e vols à l’étalage. L’homme devra se soumettre à un rapport présententiel, puisqu’il avait pourtant pris une pause de sa carrière de voleur entre les années 2007 et 2016, avant de replonger. Il sera de retour en cour en avril prochain pour recevoir sa sentence.

Joseph-André Lelièvre a une feuille de route bien garnie. Deux vols commis l’an dernier l’ont amené une fois de plus devant les tribunaux. Le premier a été perpétré au Maxi et cie de Jonquière, lorsque l’accusé a dérobé de la nourriture d’une valeur de 12,66 $. Pris la main dans le sac, Lelièvre a poussé l’agent de sécurité, lui valant une accusation d’entrave au passage. 

Le second vol a été commis au Jean-Coutu de Jonquière, lorsque l’accusé a dérobé deux paquets de lames de rasoir, d’une valeur de 35 $. L’homme de 72 ans a été épinglé. Il faisait donc face à deux accusations de vols à l’étalage, puis d’une autre d’entrave au travail d’un agent de sécurité. Il a plaidé coupable à ces trois accusations, mercredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. Il faut également préciser que le premier vol a été commis alors que le septuagénaire terminait de purger une peine dans la collectivité, écopée pour un autre vol à l’étalage commis en 2016. 

Son avocat, Me Charles Cantin, a demandé la réalisation d’un rapport présentenciel, afin de bien comprendre la situation de son client. 

« Il y a une absence d’antécédents judiciaires entre 2007 et 2016. Il semble que monsieur soit en fin de carrière. Un rapport permettra de savoir ce qui s’est passé après tout ce temps », a affirmé Me Cantin. La juge Sonia Rouleau et le procureur de la Couronne, Me Sébastien Vallée, ne se sont pas opposés à la réalisation du rapport présentenciel. 

« Si vous continuez, vous vous exposez à une peine d’emprisonnement ferme. Il faut que vous collaboriez à la réalisation du rapport, afin que je rende la peine la plus juste dans les circonstances », a affirmé la juge Sonia Rouleau. 

Le septuagénaire a promis qu’elle recevrait un bulletin parfait.